La hausse des carburants carbure à l’écologie

Le Canard Echaîné – 02/12/2015 – Hervé Martin –
taxesÉcoutant les promesses de Valls, les automobilistes avaient compris que la taxe sur l’essence allait baisser. Et les contribuables, croyant Hollande, étaient convaincus qu’il n’y aurait plus d’impôt nouveau jusqu’à la fin du quinquennat. Les uns et les autres avaient tout faux. La diminution annoncée de 1 centime sur de la taxe sur l’essence va en effet se transformer en hausse de 2 centimes. Et la hausse sur le gazole ne sera pas de1 centime comme promis, mais de 3,5 centimes. Attention, c’est -officiellement- pour la bonne cause : il s’agit d’un « verdissement de la fiscalité« , explique-t-on à Bercy. Voici l’histoire d’un joli coup de peinture… 
Le 14 octobre, Valls proclame en grande pompe que la taxe sur les carburants (TICPE) va baisser de 1 centime sur l’essence et augmenter du même montant sur le gazole. Il reprend une annonce, faite une semaine plus tôt, par Ségolène Royal, sans prévenir personne et malgré l’opposition de Bercy. En plein scandale des logiciels truqués de Wolksvagen, la ministre de l’Écologie était désireuse d’exister. Objectif proclamé : rapprocher les taxes sur les deux carburants, qui affichent une différence de 20 centimes, au bénéfice du gazole. Et, accessoirement, de faire rentrer  245 millions dans les caisses de l’État, car on consomme plus de gazole que d’essence. La mesure est rapidement votée à l’Assemblée dans le budget pour 2016.
Le 25 novembre, surprise ! Les députés de la commission des Finances reçoivent les documents préparatoires du budget rectificatif pour 2015. Et ils découvrent que la baisse de l’essence qu’ils viennent tout juste de voter est purement et simplement annulée, avant même d’être entrée en vigueur ! La hausse sur le gazole, elle, est maintenue. Bénéfice pour l’État : 900 millions.
Autre farce à débusquer dans ces mêmes documents : une hausse de la « contribution climat énergie » (le nouveau nom de la taxe carbone). Valls avait complètement oublié d’en parler. La loi prévoit 2 centimes de mieux sur l’essence et 2,5 centimes sur le gazole. Soit une ponction supplémentaire de 1,9 milliards. Et ce n’est pas fini : d’ici à 2018, la contribution climat augmentera encore de 6 milliards. 
dessin-choc-competitivitéPour Bercy, il ne s’agit pas du tout d’une hausse d’impôt. Explication : ces recettes supplémentaires seront reversées aux entreprises sous forme de crédit d’impôt (CIC)… Pour celles-ci, l’opération sera sans doute indolore. Mais les ménages, qui paieront 5 milliards de hausse de taxe sur l’essence, n’obtiendront, eux, rien en retour.   

A propos werdna01

Hors des paradigmes anciens et obsolètes, libérer la parole à propos de la domination et de l’avidité dans les domaines de la politique, de la religion, de l’économie, de l’éducation et de la guérison, étant donné que tout cela est devenu commercial. Notre idée est que ces domaines manquent de générosité et de collaboration.
Cet article, publié dans Energie, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.