Démarchage téléphonique, le grand ras-le-bol

60 millions de consommateurs – 24/09/2015 – Benjamin Douriez
Les Français ne supportent plus le démarchage téléphonique ! Les appels commerciaux se multiplient. Les chiffres de notre enquête le montrent. Et désignent les principaux responsables.
Sans-titre50-214x300Va-t-on enfin lutter contre la prolifération d’appels commerciaux ? Alors que la nouvelle liste d’opposition au démarchage téléphonique était annoncée pour l’automne, elle vient d’être repoussée ! Prévue par la loi « Hamon » adoptée en mars 2014, cette liste officielle doit permettre aux consommateurs allergiques à ces appels de se signaler. Et d’avoir enfin la paix…  Le consommateur n’a jamais aimé être dérangé, à l’heure du repas, par l’appel d’un vendeur de fenêtres ou de panneaux photovoltaïques. Mais aujourd’hui, l’agacement se mue en un véritable ras-le-bol. Notre enquête, menée auprès de plus de 5 000 de nos lecteurs, permet d’en mesurer l’ampleur.
En moyenne quinze appels par mois
Alors que les professionnels jurent que la prospection par téléphone est plutôt sur le déclin, les consommateurs assurent, à 78 %, recevoir de plus en plus d’appels : en moyenne quinze appels par mois sur la ligne de téléphone fixe, d’après notre estimation basée sur les réponses à notre enquête.
Plus de trois quarts des personnes interrogées reçoivent au moins un appel par semaine sur leur ligne fixe, un tiers en recevant même au moins un par jour. En comparaison, la ligne mobile reste relativement préservée.  Sans titreLa précédente liste d’opposition a échoué
Une liste d’opposition existe déjà : créée il y a quatre ans (lire notre article du 23 septembre 2011), Pacitel a recueilli l’inscription de 1,2 million de consommateurs. Mais elle se révèle parfaitement inefficace à juguler les appels, selon ces utilisateurs.
Il faut dire que, contrairement à la future liste officielle, Pacitel n’a rien d’obligatoire : elle est soumise au bon vouloir des entreprises.   Sans titreVrais et faux partenaires Bleu Ciel d’EDF
Notre enquête permet de dresser le hit-parade des secteurs qui démarchent le plus par téléphone. En tête des professionnels qui nous importunent : les professionnels de la rénovation de la maison et ceux des énergies renouvelables, suivis de près par les opérateurs de téléphonie.   Sans titreLes plus insistants sont souvent la kyrielle de spécialistes du bâtiment ou des énergies renouvelables qui se présentent comme « partenaire Bleu Ciel d’EDF ». Comme nous l’avons dénoncé il y a deux ans, le partenariat est assez souvent usurpé. EDF en convient et met à disposition sur l’un de ses sites web un annuaire de ses « vrais » partenaires.
Pour les professionnels peu scrupuleux, le nom d’EDF sert surtout à éviter que l’interlocuteur ne raccroche trop rapidement… Une ruse qui contribue, en retour, à alimenter le ras-le-bol contre le démarchage.
Nouveau retard pour la liste d’opposition !
Qui gérera la nouvelle liste d’opposition au démarchage téléphonique ? L’interrogation reste entière. L’appel d’offres lancé par le gouvernement pour sélectionner le prestataire a été déclaré infructueux il y a quelques jours à peine.
« L’offre reçue n’était pas satisfaisante au regard des critères définis par la loi », explique-t-on au cabinet de la secrétaire d’État à la consommation, Martine Pinville. En effet, un seul organisme s’était porté candidat. Selon nos informations, il s’agit de la société qui gérait l’ancienne liste Pacitel. Un nouvel appel d’offres doit désormais être lancé. Les autorités indiquent désormais espérer une mise en service de la liste au 1er trimestre 2016.
Lire aussi : Écœurer les emmerdeurs téléphoniques
Du nouveau : Appels téléphoniques non désirés : la loi votée enfin appliquée en 2016 ?? (30/12/2015)

A propos werdna01

Hors des paradigmes anciens et obsolètes, libérer la parole à propos de la domination et de l’avidité dans les domaines de la politique, de la religion, de l’économie, de l’éducation et de la guérison, étant donné que tout cela est devenu commercial. Notre idée est que ces domaines manquent de générosité et de collaboration.
Cet article, publié dans Social, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.