A Londres, « des gens de tous les jours » à la rue : le nombre de sans-abri s’envole

Le Monde.fr | 24.12.2015 | Par Eric Albert (Londres, correspondance)
Les Londoniens ont longtemps été peu conscients du problème. Mendier est illégal au Royaume-Uni,
4837437_6_b3ba_dans-un-centre-de-l-association-crisis-at_cecef89091866557f83986cb7a650b8d
Dans un centre de l’association Crisis at Christmas, accueillant des sans-abri le temps des fêtes, le 23 décembre 2015 à Londres. STEFAN ROUSSEAU/PA WIRE
Après seize ans d’une relation conjugale très compliquée, Paul a finalement décidé cet été de prendre son sac et de claquer la porte. « J’ai juste pris des affaires et je ne suis plus revenu. » L’homme de 39 ans, qui était psychologiquement dominé par sa conjointe, elle-même sujette à des troubles mentaux, a trouvé pendant les premières nuits des abris d’urgence, fournis par la mairie d’Enfield, dans le nord de Londres. Mais il s’agissait de logements temporaires. Ensuite, il a rapidement fini par dormir dans un parc, derrière des fourrés. « Je mettais tous mes vêtements les uns sur les autres, et des journaux par-dessus. Le matin, quand les gens me voyaient émerger de là, ils avaient un mouvement de recul. »
Dafydd Viney, un travailleur social de l’association Borderline, a récupéré Paul et lui a trouvé une chambre dans un foyer, où ce dernier se reconstruit progressivement depuis trois mois. M. Viney en est pourtant persuadé : « Il y a quelques années, Paul n’aurait sans doute pas terminé à la rue. Mais avec les coupes budgétaires, le nombre de places dans les foyers et les services d’aide ont été fortement réduits. »
Mauvais signe
Alors que la reprise économique est forte au Royaume-Uni, et que le chômage a beaucoup baissé – désormais à 5,2 % –, le nombre de sans-abri s’envole. En 2010, 3 500 personnes avaient passé au moins une nuit dans la rue à Londres. Pour l’année d’avril 2014 à mars 2015, le nombre s’est élevé à plus de 7 500, selon des données de la collectivité locale Greater London Authority. Hors de la capitale, la tendance est la même : en un an, doublement à Manchester, hausse de 50 % à Oxford, doublement à Cardiff…
Lire aussi : Le lord-maire de la City, le visage de la finance
Mercredi 23 décembre, l’association Crisis ouvrait les portes de ses traditionnels centres d’accueil de Noël. Pendant sept jours, cinq bâtiments à Londres, un à Newcastle et un à Edimbourg sont transformés pour accueillir les sans-abri le temps des fêtes. Sur place se trouvent des assistants sociaux, des coiffeurs, des médecins, des spécialistes du logement… Au total, 10 000 volontaires se relaient pour aider ou simplement tenir compagnie en cette période familiale.
Ce succès est mauvais signe. Jamais les services de l’association n’ont été aussi demandés. Plus de 4 000 sans-abri sont attendus en une semaine. « A la mairie, on m’a dit : désolé, mais vous n’êtes pas dans une catégorie suffisamment vulnérable pour bénéficier d’un relogement »
Cette envolée a débuté avec la crise économique de 2008-2009. « Quand j’ai commencé comme travailleur social en 2002, les personnes que j’aidais avaient des problèmes de drogue, d’alcool, des problèmes psychologiques lourds, explique M. Viney. Mais depuis la crise, je rencontre aussi des gens de tous les jours qui n’en reviennent pas de se trouver à la rue. »
Envolée des prix du logement
Beaucoup ont perdu leur emploi au début de la crise et ne s’en sont jamais vraiment remis. Souvent, les arriérés de loyer se sont accumulés. Avec l’envolée des prix du logement, particulièrement à Londres, le moindre écart de route ne pardonne pas. « Le nombre d’expulsions a fortement augmenté, rappelle Shona Fleming, directrice de l’association Borderline. Il y a désormais 11 000 expulsions chaque trimestre au Royaume-Uni, un tiers de plus qu’il y a cinq ans. »
Une autre explication à cette hausse du nombre de sans-abri est à chercher dans les coupes budgétaires dans les mairies. Si le nombre d’hébergements d’urgence a été à peu près conservé, les foyers pour des périodes plus longues et les logements sociaux ont en revanche fortement diminué.
Quand il s’est retrouvé à la rue, Paul en a subi directement les conséquences. « A la mairie, on m’a dit : désolé, mais vous n’êtes pas dans une catégorie suffisamment vulnérable pour bénéficier d’un relogement. » Pour satisfaire aux critères, il lui aurait fallu être âgé de moins de 18 ans ou avoir un enfant à charge, par exemple.
La mendicité, interdite, progresse
Toujours dans le cadre de la politique d’austérité menée par David Cameron, le montant total d’allocations qu’une famille peut toucher a été plafonné. Une mesure dont l’impact a été violent à Londres, où les logements sont très chers.
Les sanctions sur les allocations se sont multipliées. Manquer un pointage au centre d’emploi se transforme très rapidement en une annulation des droits pour quelques semaines. Pour des gens déjà vulnérables, cela peut être le problème de trop.
Enfin, l’afflux d’Européens de l’Est ces dernières années a accentué le problème des sans-abri. Ceux-ci arrivent souvent sans connaître personne. N’ayant pas droit à des aides sociales les premiers mois après leur arrivée, beaucoup se retrouvent à la rue. A Londres, ils représentent désormais 36 % des sans-abri, dont la moitié venant de Roumanie.

648x415_abri-londres-grande-bretagne-13-octobre-2010

Les Londoniens ont longtemps été peu conscients du problème. Mendier est illégal au Royaume-Uni, et la police laisse rarement une personne sur le trottoir très longtemps, si bien que le phénomène est peu visible. Mais cela change. Il devient relativement courant de voir des mendiants dans le métro, ce qui n’est pourtant pas toléré par les autorités. Sans doute conscient du problème, Zac Goldsmith, candidat conservateur à la mairie de Londres, a promis d’en faire une priorité s’il était élu aux prochaines élections municipales, en mai 2016.
Eric Albert (Londres, correspondance)  Journaliste au Monde

aLondresSans-abri-au-Royaume-Uni

A Londres, mendier ou dormir dans la rue coûtera jusqu’à 1.370 euros aux SDF

alondresPiques-anti-SDF-devant-magasin-Londres

Ces piques anti-SDF installées devant un supermarché londonien ont été retirées suite à des manifestations.  © CITIZENSIDE/GUY CORBISHLEY / CITIZENSIDE.COM

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans Débats Idées Points de vue, Logement, Social, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.