La nature face à la douceur des températures

La Nouvelle République 22/12/2015 05:46
La météo de ce début d’hiver conduit certains arbustes et plantes à se développer, presque comme au printemps. Des roses et des roses trémières, notamment, fleurissent dans les rues de Blois.

Météo tête

Le thermomètre affiche des valeurs élevées en ce début d’hiver, conduisant végétaux, animaux et être humains à adapter leurs comportements.
oiseau brancheS’il est des êtres qui profitent de la douceur de ce début d’hiver, ce sont bien les oiseaux. Ils ont, ces derniers temps, été alimentés « de façon remarquable », souligne Didier Nabon, (1) de la Ligue pour la protection des oiseaux, en Loir-et-Cher, les températures leur ayant permis de continuer à engloutir baies et insectes jusque tard dans l’année. « Ils commencent à venir aux mangeoires… » Et, si les migrations « se sont étalées » et ont été « un peu plus tardives » que d’habitude pour les grues, notamment, les passereaux sont, eux, « à peu près au rendez-vous ». « Je suis plus inquiet pour les jardiniers et les paysans », affirme Didier Nabon.
«  Comme au printemps  »
anr Philippe NoyautimthumbEn effet, Philippe Noyau, vice-président de la chambre d’agriculture du Loir-et-Cher, se réjouit moins de cette météo particulièrement clémente. Sans être trop préoccupé – aucune conséquence n’est, pour l’heure, à déplorer –, il informe le public des effets potentiels d’un début d’hiver trop doux. Une chaleur trop importante pourrait, par exemple, confronter les animaux d’élevage à des maladies ou à des insectes normalement absents à cette période de l’année. « Les céréales se comportent comme au printemps, ajoute-t-il. Elles poussent. Nous pourrons craindre de fortes gelées lorsque les plantes seront avancées. »
Jacky Marchand, producteur à Vineuil, indique que ses pêchers « commencent à grossir ». « Mes arbustes repartent, renchérit Julien Dasmien, pépiniériste à Mont-près-Chambord. S’il fait trop froid derrière, ils risquent de geler. » « Si les températures commencent à baisser en janvier, la croissance va ralentir », tempère-t-on au sein de l’exploitation fruitière de Jean-Claude Deniou, à Mont-près-Chambord.
D’un point de vue commercial, si le climat actuel profite à Julien Dasmien – malgré l’hiver, « les gens continuent à planter ! » –, il ne bénéficie pas aux légumes d’hiver. Il est, pourtant, favorable à leur culture. « Le poireau pousse mais est peu consommé », indique Philippe Noyau, tandis que Jacky Marchand constate que ses choux verts « ne sont pas abîmés par le gel », mais ne se vendent pas très bien. « Si j’avais su, regrette-t-il, j’aurais pu refaire une ou deux plantations de salades ! »
Des températures au-dessus des normales de saison
Alors que septembre et octobre 2015 ont été « plutôt frais », la tendance s’est ensuite inversée, rappelle Pierre Bonnin, adjoint au chef du centre Météo France de Tours. En Loir-et-Cher, les températures de novembre ont été supérieures aux normales de plus de 3 °C. Après une baisse, durant quelques jours, le thermomètre a de nouveau affiché des valeurs en hausse dès le début du mois de décembre.
« Actuellement, nous nous trouvons 2 à 3 °C – presque 4 °C aux confins du Perche – au-dessus des normales », indique Pierre Bonnin. Des pics de douceur ont été relevés le 17 décembre dernier – 15,7 °C à Blois, 17,3 °C à Romorantin, 18,1 °C à Montrieux-en-Sologne –, ne battant toutefois pas les records relevés en 1989.
Ce phénomène s’explique par « des remontées d’air très doux du Sud et du Sud-Ouest », précise Pierre Bonnin. L’enchaînement de deux périodes de chaleur, en novembre puis en décembre, est selon lui très inhabituel. « En 1994, nous avions aussi connu de la douceur, mais un coup de frais avait été senti en toute fin d’année. »
Visiblement, ce ne sera pas le cas cette année. Les thermomètres des Loir-et-Chériens devraient continuer à afficher des températures de 6 à 7 °C, pour les minimales, et de 10-12 °C, pour les maximales, pendant au moins une dizaine de jours. « Aucun changement brutal n’est prévu avant le 31 décembre », confirme Pierre Bonnin, qui précise que les normales, pour ce moment de l’année, se situent entre 2 °C et 7 °C.
>>> La hausse des températures pourrait faire évoluer les paysages de la vallée de la Loire. Avec l’arrivée de pins des Landes en Sologne ?
>>> ça va chauffer dans le Loir-et-Cher : les prévisions de Météo France d’ici 100 ans.
L.B.
 (1) Didier, l’activiste des oiseaux
La Nouvelle République 27/12/2015

DIDIER NABON

Didier Nabon, infatigable responsable de la LPO de Loir-et-Cher.
Il a toujours le sourire aux lèvres… et un projet sur le feu ! Voilà cinq ans que Didier Nabon a créé le groupe départemental de la Ligue pour la protection des oiseaux en Loir-et-Cher. Et avec les adhérents et sympathisants qu’il a fédérés autour de lui, il est partout.
Dans les fermes comme dans les parcs des monuments historiques pour créer des parcours ornithologiques, au sommet de la cathédrale de Blois où il espère faire revenir le faucon pèlerin, à Mer où il distribue des nichoirs à mésanges aux habitants, ou encore à la rescousse des hirondelles des fenêtres à Herbault…

BEAUCE LPO

Sa force, ce sont tous ces partenariats qu’il arrive à tisser, tous ces gens qu’il sait rapprocher les uns des autres. Et toujours avec le sourire !
C.S.
Loir-et-Cher – Environnement

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans Nature, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.