Taïwan : vers la fin du statu quo avec la Chine ?

Poursuite du rapprochement ou prise de distance ?
Samedi, plus de 18 millions de Taïwanais seront appelés aux urnes pour choisir un successeur au président de la République sortant, Ma Ying-jeou, qui, aux termes de la Constitution, n’est pas autorisé à se représenter. Des élections législatives doivent se tenir le même jour.

a chine

Tsaï Ing-wen, candidate du Parti démocratique progressiste (DPP) à l’élection présidentielle taïwanaise, s’exprime lors d’un rassemblement dans le district de Taoyuan, à Taipei, le 14 janvier 2016. Ng Han Guan / AP
Outre l’économie, le principal enjeu est de savoir dans quelle mesure ce double scrutin pourrait redessiner les contours de la relation avec la République populaire de Chine, laquelle considère l’île comme appartenant de facto à son territoire.
Depuis le début de la campagne, courte, morose et marquée par un mouvement de défiance populaire envers les nationalistes du Kuomintang (au pouvoir), Tsai Ing-wen, la candidate du Parti démocratique progressiste (DPP, opposition) est en tête dans les sondages. The Christian Science Monitor
En cas de victoire, elle deviendrait la première femme à diriger la République de Chine (nom officiel de Taïwan).
Les jeunes, nettement favorables au DPP, devraient jouer un rôle prépondérant dans ce qui pourrait être un vote historique. Voice of America
Créé en 1986, le DPP est favorable à l’indépendance. D’où la crainte de Pékin de voir Mme Tsai accéder au pouvoir. Cette dernière a, cependant, assuré qu’elle ne remettrait pas en cause le statu quo qui prévaut de part et d’autre du détroit de Formose. The New York Times
Pour The Taipei Times, le « miracle démocratique » est à portée de main. Le quotidien taïwanais en est sûr : samedi, les habitants de l’île montreront à la communauté internationale qu’ils rejettent l’unité avec la Chine.
De son côté, The Global Times, porte-voix officiel du Parti communiste chinois, se garde de toute ingérence… tout en incitant indirectement les Taïwanais à ne pas dilapider les dividendes de la paix.
Le Monde 15/01/2016

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans International, Politique, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.