En 2050, il y aura plus de plastique que de poissons dans les océans

Express.be – 21/01/2016 – Audrey Duperron –
shutterstock_155701844
Si les prévisions en matière de hausse de la production de plastique d’ici les prochaines années s’avèrent exactes, en 2050, la masse du plastique dispersé dans les océans dépassera celle des poissons, indique un rapport présenté mardi au Forum économique mondial de Davos.

Homo-Sapien-Evolution-Poubelle-500x259

Il indique que la production mondiale de plastique a été multipliée par 20 au cours des 50 dernières années, et qu’elle devrait encore doubler d’ici 2036. Ainsi, en 2050, on devrait produire le triple de la quantité de plastique que nous avons fabriquée en 2014. Et comme un tiers de ce plastique, soit 8 millions de tonnes par an, échappe au recyclage, il finit sa course dans les océans, où il est parfois ingéré par les animaux, quand il ne forme pas de grands amas flottant au gré des courants. On estime que plus de la moitié des tortues marines et la quasi-totalité des oiseaux marins ont absorbé du plastique.

14409230

Notre appétit pour le plastique ne cesse de croître
La production de plastique utilise actuellement 6% de la consommation de pétrole mondiale, et en 2050, ce chiffre devrait grimper à 20%.
Nous consacrons aujourd’hui 1% de notre budget carbone aux plastiques, mais avec la hausse de la consommation de sodas, et de sacs de courses, cette proportion devrait atteindre 15% dans les 34 prochaines années.
Chaque année, la pollution liée à l’accumulation de plastique dans les voies d’eau coûte 13 milliards de dollars aux secteurs du tourisme, de la navigation et de la pêche.
A noter que la santé des mers et des océans n’était pas un sujet au menu des négociations de la COP21 !

A propos werdna01

Hors des paradigmes anciens et obsolètes, libérer la parole à propos de la domination et de l’avidité dans les domaines de la politique, de la religion, de l’économie, de l’éducation et de la guérison, étant donné que tout cela est devenu commercial. Notre idée est que ces domaines manquent de générosité et de collaboration.
Cet article, publié dans Ecologie, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.