Santé – Le virus Zika progresse en Martinique

Le Monde 26/01/2016

4853456_7_d8ca_le-virus-zika-vu-en-microscopie-electronique_6437fd289387b776b89dc0afdb7a61eb

Les autorités sanitaires ont confirmé officiellement 102 cas de cette infection, qui peut entraîner des séquelles motrices et de graves malformations fœtales, avec des microcéphalies
le-moustique-tigre-est-reconnaissable-a-ses-rayures-noires_2835603_1000x500La Martinique a été placée, le 20  janvier, au niveau 3 du Psage (Programme de surveillance, d’alerte et de gestion des épidémies), c’est-à-dire au stade épidémique, alors que 1 255 personnes ont déclaré les symptômes du virus Zika transmis par le moustique-tigre – un constat établi à partir des consultations chez les  » médecins sentinelles « , une soixantaine de praticiens répartis dans l’île.
Selon l’Agence régionale de santé (ARS), 102 cas ont été confirmés. Le virus, contre lequel il n’existe aucun vaccin ni traitement, progresse à une vitesse fulgurante depuis la confirmation du premier cas en Martinique, le 18  décembre 2015. Le nombre de personnes qui ont contracté ou qui vont contracter la maladie risque d’être largement supérieur, car cette infection est asymptomatique – elle ne se traduit par aucun symptôme dans la majorité des cas. Ainsi, 90  % des personnes qui vont être touchées ne s’en rendront pas compte et n’iront pas chez le médecin.
Cependant, les complications peuvent être très lourdes. Les malades gardent parfois des séquelles motrices ou sensitives. Dans de rares cas, ils peuvent développer le syndrome de Guillain-Barré, qui se caractérise par des paralysies importantes. La Martinique a enregistré son premier patient atteint par ce syndrome, un jeune homme de 19 ans dont l’état de santé s’améliore après une quinzaine de jours à l’hôpital. Il a entrepris une rééducation.
 » On a les moyens de faire barrage à l’épidémie. Le centre hospitalier universitaire de Martinique sera renforcé et en capacité de prendre en charge des cas du syndrome de Guillain-Barré, notamment en matière de réanimation. On a incontestablement anticipé les besoins « , assure Fabrice Rigoulet-Roze, le préfet de la Martinique.
Outre le risque neurologique lié au syndrome de Guillain-Barré, les autorités veulent sensibiliser les femmes enceintes au risque de microcéphalies fœtales ou néonatales. Au Brésil, où l’épidémie flambe, on a recensé 3 174 cas de microcéphalie chez des nourrissons. En Martinique, six femmes enceintes ont contracté le Zika. Un comité de suivi a été mis en place pour traiter cette problématique.  » Il se réunira avec un représentant des pharmaciens – c’est généralement le premier relais –, des centres de planning familial, les services de protection maternelle et infantile et des gynécologues, pour examiner chaque semaine l’évolution de la maladie afin de prendre les bonnes décisions « , explique Christian Ursulet, le directeur de l’ARS. Cela passe aussi par une détection précoce et un suivi régulier des grossesses.
L’ARS vient de lancer le recrutement d’une quarantaine de volontaires du service civique. Ils appuieront les services  » antivectoriels « , qui ont pour mission d’éviter la propagation des maladies transmises par les insectes, et rendront visite à la population pour rappeler les bonnes pratiques. Depuis le passage au niveau 3 du Psage, le service de démoustication de la collectivité territoriale de Martinique est à pied d’œuvre pour détruire les gîtes larvaires.  » Chaque cas donne lieu à des actions coup de poing pour traiter les environnements « , selon le préfet.
L’OMS pessimiste
Après la dengue et le chikungunya, les autorités semblent avoir acquis un certain savoir-faire dans la gestion des épidémies liées aux moustiques. Dans plusieurs communes, comme au François (côte est, 18 000 habitants), la lutte contre le moustique-tigre reste un combat de tous les instants. Depuis 2007, la ville dispose d’une  » brigade jaune « , une unité de prévention sur les moyens permettant d’enrayer la prolifération des moustiques.  » Les Antillais ont toujours vécu avec les moustiques. Leur expliquer que le moustique a muté, cela va prendre du temps « , explique Hervé Henri, le responsable de cette brigade.
Le secteur touristique redoute des annulations de séjours. Vendredi, les autorités américaines ont diffusé une liste de pays déconseillés aux femmes enceintes, dont les Antilles-Guyane.  » Toute la mobilisation qui est faite pour la population qui vit ici bénéficiera aussi à ceux qui viennent visiter la Martinique. Il faut qu’ils continuent à venir. Le système est suffisamment performant pour protéger aussi bien la population que les visiteurs « , soutien Christian Ursulet, le directeur de l’ARS.
Lundi 25  janvier, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a lancé un message pessimiste. Alors que le virus est déjà présent dans 21 des 55 pays du continent américain, l’agence estime que  » Zika va continuer à s’étendre et sans doute concerner tous les pays et territoires de la région où le moustique est présent « . La Colombie, l’Equateur, le Salvador et la Jamaïque déconseillent désormais aux femmes de tomber enceintes.
Hervé Brival
© Le Monde

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans Loisirs Tourisme, Santé, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.