Les HLM en or de la mairie de Paris

Le Canard Enchaîné – 03/02/2016 – H. L. –
Quinze ans après la fin de l’ère Tibéri, l’ambiance est toujours aussi joyeuse à Paris Habitat, l’ex-office HLM de la ville de Paris. Si les attributions de logement semblent mieux encadrées, les dirigeants de maison continuent de mener grand train, comme l’a raconté « Le Parisien » (30/01)*.

5499063_11-1-1912750001_545x460_autocrop

Paris Habitat est le premier bailleur social d’Ile-de-France, avec un parc de 122 000 logements et quelque 3 000 salariés. (LP/Jean-Nicholas Guillo.)
Stéphane Dambrine, le directeur général, touche ainsi 14 000 euros ne par mois, soit un peu plus que le Premier ministre ! Et, en cas de licenciement, cet ingénieur de formation peut bénéficier d’un parachute en or massif de 24 mois de salaire, soit près de 500 000 euros.
Son état-major est presque aussi bien traité. Les appointements des directeurs généraux adjoints tournent ainsi autour de 9 000 euros mensuels. En prime, l’un d’entre eux bénéficie d’un logement semi-social (dit intermédiaire), un quatre pièces loué aux environs de 1 000 euros.
En février 2014, l’Inspection générale de la ville de Paris avait rédigé un rapport sur « Le Train de vie de Paris Habitat« . Et elle n’avait pas trouvé grand chose à y redire ! Dans ce document retrouvé par « Le Canard« , les inspecteurs avaient même jugé « modérés » les salaires des cadres dirigeants et souligné qu’ils restaient dans « une fourchette identique » aux rémunérations versées dans d’autres établissements de taille équivalente dépendants de l’Hôtel de ville. A croire que la mairie de Paris est devenue un bureau de bienfaisance pour cadres supérieurs nécessiteux…
Les patrons de Paris Habitat n’avaient pourtant pas tout dit aux inspecteurs. Ces cachottiers leur avaient dissimulé l’existence du parachute doré de leur grand chef. Ainsi bernés, les auteurs du rapport ont conclu que les dirigeants ne bénéficiaient d' »aucune clause particulière (…) telle que régime d’assurance spécifique en cas de rupture du contrat de travail« .   
La Mairie a amis plus d’un an et demi pour réagir. Et bien timidement. Le 26 octobre 2015, Anne Hidalgo a ainsi écrit au président de Paris Habitat pour le prier de « s’engager dans une évolution maîtrisée de la masse salariale en veillant notamment aux niveaux de rémunération des cadres dirigeants et à l’ensemble des avantages accordés« . Les patrons de HLM parisiens y « veillent » pourtant si bien tout seuls…
* Lire l’article complet du « Parisien » : HLM : les surprenantes largesses de Paris Habitat

40643799

A propos werdna01

Hors des paradigmes anciens et obsolètes, libérer la parole à propos de la domination et de l’avidité dans les domaines de la politique, de la religion, de l’économie, de l’éducation et de la guérison, étant donné que tout cela est devenu commercial. Notre idée est que ces domaines manquent de générosité et de collaboration.
Cet article, publié dans * Train de vie de l'Etat, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.