Des parents créent une école pour rendre les enfants heureux

(R)évolution -journal bimestriel optimiste et bienveillant de lutte contre l’idiocratie mondialisée – N°4  Fév. /Mars 2016/ Théo Ivanez –
A l’heure où l’on s’aperçoit de bien des dysfonctionnements du système éducatif français, des problèmes que bon nombre d’enseignants essaient en vain de souligner aux hautes autorités souvent sourdes et attentistes, des parents (et dirigeants des éditions Actes Sud) ont décidé de créer une alternative.
Situé sur Arles (dans les Bouches du Rhône), cet établissement (école-collège-lycée) alternatif qui accueille pour sa première année une 30aine d’élèves est basé sur la pédagogie Steiner-Waldorf. Le mot d’ordre de ce nouvel établissement : rendre les enfants heureux. Ils ont voulu dessiner une école où les enfants ne subissent pas de pression, n’ont jamais de punitions ni des notes. « Dans le système scolaire français on sent le souci d’inculquer un savoir comme avec un entonnoir, presque au chausse-pieds, sans se préoccuper du désir d’apprendre. Le plus important, c’est de proposer des alternatives, en dehors de ce pur stress inefficace« . déclare Françoise Nyssen, fondatrice de l’école.
Françoise Nyssen.Françoise Nyssen. / BENJAMIN BECHET
Les élève de l’école du « Domaine du possible » sont comme des coqs en pâte. l’établissement se targue de mettre l’épanouissement et le bonheur des enfants au cœur de sa pédagogie. « J’ai l’impression d’être plus moi-même. Dans mon ancien collège, on était comme le prof voulait qu’on soit. un élève modèle, sage, avec de bonnes notes. Ici, si on fait des erreurs, ce n’est pas grave. On apprend« , lance Léa une collégienne de 13 ans interrogée par France Bleue. Chaque matin, ils poussent la porte d’une ancienne église, au bord du Rhône. Entre les dictées, le chant, les ateliers d’écriture… ils y découvrent aussi la vie culturelle foisonnante de la maison d’édition. L’après-midi, direction la campagne, avec du jardinage et de l’équitation.
Les deux éditeurs ont eu cette initiative après une réflexion tenue suite au décès de l’un de leurs fils en 2012, qui n’a jamais trouvé sa place dans le système scolaire. « Il n’a jamais trouvé la confiance en lui et le système scolaire ne l’a pas objectivement aidé » déplore Françoise Nyssen. Reste à savoir si cette belle utopie tiendra ses promesses. Elle en tout cas de nouvelles questions sur l’école la République. Ne devrait-elle pas en effet parvenir à éduquer les élèves à la réflexion et à l’éveil plutôt que de remplir des crânes de connaissances en utilisant le culte de la performance ?

20150227_1_2_7_1_1_obj8301202_1

Françoise Nyssen et Jean-Paul Capitani, à la tête des éditions Actes Sud, sont à l’initiative de la future École du « Domaine du possible ». Les cours sont donnés ici, dans la chapelle du Méjan.

A propos werdna01

Hors des paradigmes anciens et obsolètes, libérer la parole à propos de la domination et de l’avidité dans les domaines de la politique, de la religion, de l’économie, de l’éducation et de la guérison, étant donné que tout cela est devenu commercial. Notre idée est que ces domaines manquent de générosité et de collaboration.
Cet article, publié dans Education, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.