Bruxelles: “les médias et l’attention sont de l’oxygène pour les terroristes”

Express Business – 23/03/2016 – Audrey Duperron –

brussels-attacks-2-1400x788

“Quand il faut rapporter des événements tragiques [comme celui qui s’est produit à Bruxelles], il ne faut pas oublier que les médias et l’attention sont de l’oxygène pour les terroristes”, écrit Zac Tate sur le blog ​​CapX.
Les terroristes cherchent trois choses: la vengeance, la notoriété et la réaction, a montré l’expert en terrorisme, Louise Richardson. En 2006, elle a publié le livre “What Terrorists Want”, dans lequel elle raconte son enfance au milieu des sympathisants du mouvement terroriste irlandais IRA dans les années 1970.
Les deux principaux aspects de ces trois objectifs, la notoriété et la réaction, sont les plus importants, et les médias les soutiennent souvent, ce qui n’est guère utile, remarque Tate.
Se concentrer sur les victimes
“Lorsque des atrocités comme cela se produisent, nous devrions concentrer notre attention sur les victimes – et rapporter et rendre hommage à leurs réalisations et à leur humanité. Les terroristes, qui ont perdu toute prétention à l’humanité, devraient rester anonymes. La police et les tribunaux devraient faire leur travail, et nous devrions les oublier.
Les chasses à l’homme, telles que celle qui a été engagée pour retrouver Salah Abdeslam, offrent de bons titres et elles sont bonnes pour les ventes de journaux, mais cette publicité intense hisse au rang de héros et porte secours à une bande de “losers”. Il est tentant de spéculer que ces ces attaques sont des représailles pour l’arrestation de Salah Abdelslam la semaine dernière, ou qu’elles sont l’œuvre d’une cellule non détectée contrainte de passer immédiatement à l’action, mais ces réflexions élèvent le profil de ces personnes sans que cela ne soit justifié”.

4219157_clowns-frederick-florin-afp2_545x460_autocrop

A propos werdna01

Hors des paradigmes anciens et obsolètes, libérer la parole à propos de la domination et de l’avidité dans les domaines de la politique, de la religion, de l’économie, de l’éducation et de la guérison, étant donné que tout cela est devenu commercial. Notre idée est que ces domaines manquent de générosité et de collaboration.
Cet article, publié dans Médias, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.