Société – Ces cafés de campagne qui broient du noir : Nombre de communes rurales n’ont plus leur troquet

La Nouvelle République 16/04/2016
Les cafés de village ferment les uns après les autres, comme les autres commerces. Celui de Rouziers-de-Touraine résiste mais est sur le fil du rasoir.
cafes de campagne rouziers  photo patrice deschamps

cafes de campagne rouziers photo patrice deschamps

Les patrons du Doulou à Rouziers-de-Touraine, Jean-Yves Hener et Patricia Augé : « Au bar 7 jours sur 7, sans toucher aucun salaire » (Photo NR, Patrice Deschamps)
Il chantait si bien Chez Laurette, Michel Delpech. Au café « Le Doulou » à Rouziers-de-Touraine, ça sent plutôt le chant du cygne, mais le patron s’accroche au zinc, courageux : « Nous ouvrons sept jours sur sept de 7 h à 20 h, sauf le dimanche après-midi. Et depuis notre installation, il y a trois ans, on s’est pris aucun salaire ! On peut tirer le rideau à tout moment ! Il n’y a plus d’affaire rentable en milieu rural. Le métier est en voie de disparition. »
Tout est dit, d’un trait, comme quand on avale son petit noir.
«  Normes, taxes, RSI… on plonge !  »
Jean-Yves Hener, natif de Chargé, a été métallo et syndicaliste trente ans durant chez Armco à Amboise. Sa compagne Patricia Augé, Montlouisienne, a travaillé en maisons de retraite. Tous deux ont réalisé leur rêve, reprendre un café de campagne. « Nous ne voulions pas travailler sur Tours mais dans un village, pour créer du lien, faire partie du tissu social. » Propriétaires du fonds, pas des murs, ils ne se plaignent pas de l’ambiance : « Il y a du volume, la clientèle est là, mais elle n’a pas de pouvoir d’achat. Et avec les normes, les taxes, le RSI, on plonge ! Le Leclerc de Tours-Nord est à 10 km, 15 mn, et écoule bières et alcools en vente libre. » Le patron « comprend très bien » qu’il vend des « produits à addiction », tabac, alcools, « mais, l’État multiplie les freins, dont bientôt le paquet de tabac neutre, une catastrophe pour nous, et il n’y a aucune compensation. L’État ne fait rien pour garder ses commerces ruraux. On pourrait aussi lui demander de racheter les licences IV comme il rachète les licences de taxis. »

caferouziers

Le « Doulou » à Rouziers-de-Touraine est un bel établissement, pas un boui-boui, avec une salle immense, car il était jadis un hôtel-brasserie, au cœur du bourg. Il fait maintenant PMU, « depuis janvier, et on a mis trois ans à l’obtenir », mais pas la presse. Il se contente du dépôt de pain et journaux le lundi. « Rouziers ressemble à un village dortoir, comme le dit Jean-Pierre Le Noheh, un client, où il y a une dizaine de maisons à vendre en ce moment, à cause de divorces, de militaires qui déménagent. » Toutefois, il reste des commerces sur place, boulangerie, coiffure, pharmacie, ostéopathe, kiné. Coup dur, l’épicerie voisine vient de mettre la clé sous la porte. Les uns et les autres ont peur de la spirale infernale, « d’autant que la clientèle a changé, tellement changé » conclut le patron de café, sympathique, bosseur mais dépité.
repères
La France comptait 600.000 cafés dans les années 1960. Il en reste à peine 35.000 aujourd’hui dans 10.619 communes (plus de 26.000 communes n’ont donc pas de bar). La Touraine (qui compte 1.543 cafés-hôtels-restaurants dont à peine un tiers de cafés seuls) n’échappe pas à ce mouvement. Nombre de communes rurales n’ont plus leur troquet.
ouverture commerce - 1D’autres se battent pour conserver le leur, tel Ferrière-Larçon avec son bar-restaurant-épicerie qui a rouvert en février.
Olivier Pouvreau
Indre-et-Loire

!cid_part1_03020008_04000805@orange

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans Economie, Social, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.