Diesel automobile : une transparence fumeuse

Le Canard Enchaîné – 20/04/2016 – Isabelle Barré –

pollution-voitures

Sus aux cachotteries sur le diesel ! Après les mensonges de Volkswagen, Ségolène Royal avait annoncé, en septembre, des tests sur 100 voitures d’occasion pour parvenir à « une transparence totale » sur la pollution des moteurs diesels. « Totale« , c’était le mot… Huit mois plus tard, la transparence carbure à plein régime : le ministère ne communique que des résultats anonymes, sans le nom des marques ni des modèles…
Pour la première vague de tests, présentée en février, les associations qui siègent au sein de la commission Royal avaient dû signer un engagement à respecter ce précieux anonymat. « Royal nous a dit : « Interdiction absolue de donner le nom des marques, car on n’a pas testé tous les modèles« , explique un participant. Mais devant des résultats « calamiteux« , et voyant que le ministère n’en pipait mot, deux ONG, France Nature Environnement et Réseau Action Climat, des ennemis de la transparence à la Royal, avaient tout de même balancé le nom des mauvais élèves – Renault, Ford et Opel -, sans divulguer leur niveau de pollution. Résultat : tous les membres de la commission ont été punis. 
Les fausses notes de Renault Pour la deuxième vague de testes, présentés au ministère le 7 avril, seuls des résultats anonymes ont été communiqués à cette commission « indépendante » ! « Il fallait poser des questions ligne par ligne pour savoir quelle marque se cachait derrière tel mauvais résultat« , grogne un participant.
Et l’opération vérité n’en finit pas de progresser. Pour les 50 derniers véhicules qui seront testés d’ici au mois de juin, l’échantillon, qui était jusqu’alors représentatif du parc français, ne le sera plus forcément car, soupire un autre membre de la commission, « cela crée un effet de loupe sur les constructeurs français« . Et sur les mauvais résultats de Renault, dont le système de dépollution force le respect : il ne fonctionne qu’à une température extérieure comprise entre 17 et 32°C…
100856396_oMalgré ce voile pudique, les résultats la fichent mal. Non seulement l’opération prouve ce que l’on savait déjà (les voitures qui carburent au diesel polluent beaucoup plus sur la route que dans les laboratoires où elles sont homologuées), mais il y a plus gênant : même en laboratoire, les voitures d’occasion ne sont pas forcément dans les clous. Sur 52 véhicules testés dans des conditions extrêmement proches des tests d’homologation, 12 dépassent de plus de 10 % les seuils autorisés. Commentaire sibyllin du ministère : « Les constructeurs concernés ont été invités à fournir des explications. » D’ici là, ce serait dommage de leur faire une mauvaise publicité…

A propos werdna01

Hors des paradigmes anciens et obsolètes, libérer la parole à propos de la domination et de l’avidité dans les domaines de la politique, de la religion, de l’économie, de l’éducation et de la guérison, étant donné que tout cela est devenu commercial. Notre idée est que ces domaines manquent de générosité et de collaboration.
Cet article, publié dans Industrie, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.