Radars / Fronde des automobilistes verbalisés – Radars-chantier sur l’A 85 : vers une fronde des flashés ?

La Nouvelle République 07/05/2016 05:38
Depuis le 30 mars, deux radars-chantier sont en place sur l’A 85, à hauteur de Langeais. Nombre d’automobilistes, verbalisés, montent au créneau.

RADAR CHANTIER A85

L’une des nombreuses contraventions après un flash de l’un des radars-chantier installé sur l’A 85, à hauteur de Langeais actuellement.
Ils sont en place jusqu’au 20 mai, à hauteur de Langeais, dans les deux sens. Plus d’un mois désormais que ces gros radars de chantier, autonomes, se sont fondus dans le décor. Enfin, presque.
A lire, sur Internet, la fronde des automobilistes verbalisés, on se dit que l’effet de surprise a fonctionné à plein. Trop ? Sur un site, puis une page Facebook, les témoignages se sont multipliés.
Parmi eux, Alexandre Thorigny. Le 26 avril, il découvre un avis de contravention dans sa boîte aux lettres. Vitesse retenue : 73 km/h pour sur une route à 50 km/h. Soit une amende de 90 € et deux points en moins.
Pas du ressort du concessionnaire
La ligne au-dessus lui précise qu’il circulait alors sur l’A 85, dans le sens Angers-Tours. Comme d’autres automobilistes verbalisés au même endroit, il se rend sur un site Internet et constate que « personne n’a vu ce panneau «  50 km/h  » ».
A cet endroit du viaduc de la Roumer, en temps normal, la vitesse est limitée 90 km/h, le rétrécissement étant annoncé à 1,5 km en amont, nous explique-t-on à la Direction départementale des territoires.
L’installation des radars-chantier, décidée par le ministère de l’Intérieur, a changé la donne. Désormais, la circulation, sur une voie, évolue en plusieurs centaines de mètres de 130 km/h à 50 km/h devant le radar, en passant par les vitesses intermédiaires de 110, puis 90 et 70.
Certains automobilistes, qui se considèrent comme « des vaches à lait », sont pourtant persuadés que la signalisation n’a pas été en place dès la mise en service, qui s’est faite le 30 mars, sans période de test. Des photos ont été prises.
Panneaux renversés ? Pas installés dès le départ ? Distances trop réduites entre les différents panneaux ? Les automobilistes qui ont, depuis, reçu leur amende et la signification de points retirés, s’indignent.
Nombre d’entre eux ont écrit au district Anjou-Altantique de Vinci. Avec, pour chacun, la même réponse qui précise que « la vitesse, dans cette zone de travaux de la Roumer, est limitée à 50 km/h par arrêté préfectoral. » Pas de ressort du concessionnaire, donc. Ce dernier précise aussi que les panneaux sont réglementaires et qu’ils ont été installés dès le début. Comme les distances. Ce que confirme aussi les services préfectoraux.
Alexandre Thorigny a créé, avec d’autres, une page Facebook dès le 28 avril. Un avocat tourangeau a même été contacté pour éventuellement lancer une action de groupe (*) et ce, avant la date limite, puisque le délai est de 45 jours pour contester une contravention.
« Une erreur d’inattention, on assume. Mais, les panneaux, je ne les ai absolument pas vus. Il y a eu un défaut de signalisation. Qu’on mette un radar pour protéger les gens, j’admets. Mais, là, dans une zone de travaux, on passe de 110 à 50 km/h. On fait l’effort de décélérer, mais on nous fait encourir un risque si on freine avec un poids lourd devant, un autre derrière. C’est hyperdangereux », conclut Alexandre Thorigny.
 (*) Hier, le nombre de 40 mandants était atteint.
 Page Facebook : Contre les contraventions du radar PK072 sur la A 85.
repères
> Les deux radars-chantiers ont été installés sur l’A 85 le 30 mars à hauteur de Langeais, sur une zone de travaux.
> Depuis leur installation jusqu’au 27 avril, l’un des radars a flashé 19.482 fois ; dans l’autre sens, 12.462 fois.
> Sur les trois premières semaines d’exploitation (au 20 avril), cela faisait 16.935 flashs dans un sens, 10.437 dans l’autre. Soit une moyenne de 9.000 flashs par semaine. La quatrième semaine, la moyenne est tombée à 4.500.
> Un autre radar-chantier est en place sur l’A 10, à hauteur des travaux d’élargissement.
Vanina Le Gall
 Indre-et-Loire

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans Débats Idées Points de vue, Internet, Police, Transport, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.