Le maire de Londres ou l’exemple britannique

LE MONDE | 09.05.2016
Editorial du « Monde ». « Je m’appelle Sadiq Khan et je suis le maire de Londres. » En choisissant d’ouvrir par ces mots son discours d’investiture, samedi 7 mai, le nouveau maire travailliste de la capitale britannique a voulu marquer le caractère historique de sa victoire.

4915979_6_91ad_sadiq-khan-a-son-arrivee-le-9-mai-au-city_0eac1785ad29d5cfa0afdcff1841bd09

Certains y verront la fierté du fils d’immigrés pakistanais, élevé en HLM, enfant d’une fratrie de huit dont le père était chauffeur d’autobus et la mère couturière, d’être arrivé là, à 45 ans, à la tête de l’une des plus grandes villes d’Europe, après un brillant parcours d’avocat, de député et de secrétaire d’Etat.
D’autres préféreront y voir une façon discrète d’affirmer son identité de musulman. C’est d’ailleurs cet élément-là que la plupart des titres des médias européens et américains ont mis en avant, à l’annonce de son élection. Sadiq Khan lui-même assume sa foi, mais ne la considère que comme l’une des nombreuses composantes de son identité : « Je suis londonien, européen, britannique, anglais, de religion musulmane, d’origine asiatique, d’héritage pakistanais, je suis un père et un mari », dit-il.
L’élection d’un fils d’immigrés, s’assumant comme musulman, à la mairie d’une capitale de la Vieille Europe est incontestablement remarquable. Il faut saluer ici cet autre visage du Royaume-Uni, en pleine campagne pour le référendum du 23 juin sur le retrait du pays de l’Union européenne. Au populisme, au sentiment anti-migrants et au repli nationaliste, les électeurs londoniens ont préféré l’ouverture, l’optimisme et la force de la diversité.
Un choix sans appel, exprimé par 56,8 % des suffrages à l’issue d’une campagne très dure, au cours de laquelle l’adversaire conservateur de M. Khan n’a pas hésité à l’attaquer comme musulman. Ce vote symbolise la victoire, comme l’a dit M. Khan lui-même, de « l’espoir sur la peur, de l’unité sur la division ». Certes, Londres, ville-monde, est différente du pays profond. Mais c’est un message que l’on ne dédaignerait pas de voir exporté outre-Manche.
Lire aussi :   Sadiq Khan, le « vivre-ensemble » à la mairie de Londres
La meilleure arme contre l’extrémisme islamiste
Il faut saluer aussi la personnalité du nouveau maire lui-même, qui a su transformer ce qui pouvait être un handicap en atout. En assumant ouvertement leur foi religieuse, Sadiq Khan et sa femme, Saadiya, avocate comme lui, ont pu afficher la face éclairée de l’islam, celle d’une religion ouverte, intégrée à la culture et au mode de vie européens. C’est la meilleure arme contre l’extrémisme islamiste.
La voix de M. Khan, élu député juste avant les attentats de 2005 à Londres, n’a d’ailleurs jamais fait défaut à ce combat. Le fait que le nouveau maire de Londres ait prêté serment, samedi, à la cathédrale de Southwark, siège millénaire du christianisme, au cours d’une cérémonie œcuménique, est un autre symbole fort.
Il faut, enfin, rendre hommage au Parti travailliste. Non pas à sa performance aux élections locales du 5 mai, qui, hormis quelques exceptions comme Londres et Bristol, se sont soldées par une déroute sous la houlette de son chef, Jeremy Corbyn, mais à sa culture.
Contrairement au Parti socialiste français, le Labour a su non seulement faire la place mais aussi promouvoir une élite musulmane en son sein. En France, quelques places sont réservées, au gouvernement, aux éléments les plus prometteurs des milieux issus de l’immigration. Mais les places éligibles dans les listes des partis, au moment du scrutin, restent généralement inaccessibles. C’est une erreur stratégique, que nous payons cher.
L’intox sur l’épouse du nouveau maire de Londres qui aurait « remis son voile après l’élection »
Le Monde 09 mai les décodeurs extrait
POURQUOI C’EST FAUX.
Sauf que la femme que l’on aperçoit derrière Sadiq Khan sur l’image qui circule n’est pas sa compagne, Saadiya Khan.

4915858_6_a12c_des-internautes-affirment-a-tort-que-la_1ff11b67b3f365b4f4c93f8d187b4d45

Cette dernière, qui était au premier rang dans le public, n’arborait pas de voile lors de la cérémonie.

4915857_6_1871_lors-de-la-prestation-de-serment-du-nouveau_da174ae1ba669fd0716966c66ebd7b81

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans Europe, Médias, Politique, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.