Camp de migrants réfugiés – Afrique : Le Kenya à l’origine d’une nouvelle crise migratoire ?

Le Monde 13/05/2016
N’est-ce qu’un effet d’annonce rhétorique, une énième menace sans suite ? Les autorités kényanes ont réitéré leur intention de fermer d’ici à mai 2017 le camp de réfugiés de Dadaab, le plus grand au monde.
Une enveloppe de 10 millions de dollars (8,8 millions d’euros) a été débloquée à cet effet, a précisé mercredi le gouvernement.

271534_3_1219_vue-a-rienne-d-une-partie-du-camp-de-r-fugi-s-de_037d112482b96fe1b251690d7f365419

Vue aérienne d’une partie du camp de réfugiés de Dadaab (Kenya), situé non loin de la frontière avec la Somalie, le 28 avril 2015. TONY KARUMBA / AFP
Etabli dans l’est du pays, l’immense complexe de Dadaab accueille environ 344 000 personnes, selon les Nations unies ; des migrants et réfugiés, somaliens pour la très grande majorité (328 000), qui s’y entassent parfois depuis des années dans des conditions particulièrement difficiles. The Economist

dadaab-kenya

Le choix de Nairobi a été justifié par le fait que ce camp, situé non loin de la frontière poreuse avec la Somalie, représenterait un terreau fertile, voire un sanctuaire, pour les islamistes chabab somaliens. Les responsables kényans pensent qu’il abriterait une « cellule dormante ». IB Times, Time
Outre les attentats perpétrés de manière récurrente à Mogadiscio, la capitale somalienne, les Chabab sont aussi responsables des attaques contre le centre commercial Westgate de Nairobi, en septembre 2013 (au moins 67 morts), et l’université de Garissa, en avril 2015 (148 morts, dont 142 étudiants).
Les organismes de défense des réfugiés ont fustigé l’initiative kényane, appelant le pays à reconsidérer sa décision. « Depuis près de vingt-cinq ans, le Kenya joue un rôle vital en Afrique de l’Est et dans la Corne de l’Afrique dans l’attribution du droit d’asile à ceux qui sont contraints de fuir les persécutions et les conflits », a notamment déclaré Adrian Edwards, porte-parole du HCR, dans un communiqué.

4e0dd80b6

La fermeture du camp, qu’une nouvelle unité spéciale est chargée de superviser, entraînerait de facto le rapatriement forcé des Somaliens dans leur pays toujours en guerre, ce qui, aux yeux des ONG, est non seulement irréalisable, mais contrevient aussi aux conventions internationales. The Guardian
De surcroît, cet appel d’air pourrait déstabiliser encore davantage la Somalie, estime Stephanie Schwartz, doctorante à l’université américaine Columbia, dans The Washington Post. « Lorsque des centaines de milliers de personnes retournent dans un pays où elles n’ont pas vécu depuis des années, il y a peu de chances que cela contribue à la stabilité et à la paix. »
D’aucuns redoutent plus largement qu’un nouvel exode migratoire n’ait lieu et que le Kenya n’épouse la même logique que l’Europe, où prévaut le rejet des migrants. The Los Angeles Times

0dadaab32

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans Economie, International, Politique, Social, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.