Livre : « Éloge de l’audace et de la vie romanesque »

Plus notre monde est sécurisé, et plus nous sommes craintifs. Pourtant, c’est en nous risquant à de nouveaux comportements, en osant l’inhabituel, que nous progressons. Et gagnons en plaisir de vivre.
Des héros du quotidien
« Il est temps de commencer à vivre la vie dont vous avez rêvé » (Henry James). Et si la réalisation de soi n’avait rien à voir avec la recherche du bonheur ? Et s’il était préférable de mener une vie intense et mémorable, pleine de rebondissements et d’imprévus, plutôt qu’une existence peinarde, tranquille, mais tellement lisse et monotone ? Et si le principe de précaution, la peur du risque et les pudeurs du conformisme nous empêchaient de devenir celui ou celle que nous pourrions être vraiment ? Et si l’on pouvait à tout âge réapprendre à vivre de façon audacieuse, à sortir de sa zone de confort et à agrandir son champ des « vies possibles » ? Si le temps était venu de faire le choix de l’audace et de la vie romanesque ? Dans cet éloge percutant, Philippe Gabilliet nous rappelle que s’il est bon de vouloir donner un sens à sa vie, il est tout aussi important de lui offrir une texture d’aventure et des saveurs romanesques dignes de ce nom. C’est la raison pour laquelle l’auteur nous encourage à faire en toutes circonstances le choix de l’audace. Et c’est aussi pour cela qu’il recommande d’accueillir avec bienveillance ces compagnons de route de toute « belle vie » que sont l’inattendu, la passion, le goût du risque et l’amour inconditionnel de la liberté. Laissons-nous gagner par le désir de renaître et de repartir à l’aventure, quitte à nous réincarner 100 fois dans une seule et même vie !
elogedelapassion2-130x200
Date de parution 05/11/2015/ Editeur Saint-Simon / Nombre de pages 120/ Prix 17 €

elogedelapassion-130x200

Eux aussi… ils ont osé !
• Renoncer :
Bernard Moitessier : en 1968, en tête de la première course autour du monde en solitaire et sans escale, le Golden Globe, le navigateur français abandonne la course pour continuer sa route et « sauver son âme ».
• Se tromper :
Christophe Colomb : en 1492, pensant rejoindre les Indes en traversant l’océan Atlantique, il découvre le Nouveau Monde : l’Amérique.
• Reconnaître sa responsabilité :
Yves Bot : le 30 novembre 2005, le procureur général de la cour d’appel de Paris intervient en plein procès d’Outreau pour s’excuser et reconnaître que la justice s’est trompée.
• Déplaire :
Martina Navratilova : en 1991, la joueuse de tennis devient la première sportive en activité à révéler son homosexualité.
• Dire non :
Rosa Parks : le 1er décembre 1955, cette citoyenne noire américaine refuse de céder sa place à un Blanc dans l’autobus. Cet acte va marquer le début du mouvement pour les droits civiques aux USA.
• Aller vers l’inconnu :
Jean-Louis Étienne : en 2002, l’explorateur part au Pôle Nord. Le Polar Observer, capsule dans laquelle il voyage, se fait porter par le courant. Pour se guider, il n’a apporté qu’un compas solaire fabriqué avec une boîte de camembert.

A propos werdna01

Hors des paradigmes anciens et obsolètes, libérer la parole à propos de la domination et de l’avidité dans les domaines de la politique, de la religion, de l’économie, de l’éducation et de la guérison, étant donné que tout cela est devenu commercial. Notre idée est que ces domaines manquent de générosité et de collaboration.
Cet article a été publié dans Développement personnel, Médias. Ajoutez ce permalien à vos favoris.