Glyphosate et Roundup ? Malgré son classement comme cancérigène problable, l’Union européenne doit décider si elle l’homologue à nouveau, pour neuf ans !

France Info – 18/05/2016 – Anne-Laure Barral –
C’est le pesticide le plus vendu au monde : il entre dans la composition de plus de 300 produits, dont le Roundup. L’Union européenne doit décider d’ici jeudi si elle l’homologue à nouveau, pour neuf ans. Deux organismes, chargés d’évaluer sa dangerosité, arrivent à des conclusions différentes.
Epandage de glyphosates sur des terres agricoles dans le Suffolk (Angleterre). © Getty
Epandage de glyphosates sur des terres agricoles dans le Suffolk (Angleterre). © Getty
C’est le pesticide le plus vendu au monde : le glyphosate, presque un milliard de tonnes par an, entre dans la composition du Roundup de Monsanto mais aussi de plus 300 produits. Et l’Union européenne doit décider mercredi ou jeudi si elle l’autorise de nouveau pour neuf  ans. L’Agence européenne de sécurité des aliments (EFSA) estime qu’il ne pose pas problème. En revanche, le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) l’a classé comme cancérigène probable.
Des protocoles différents
Les deux organismes ont une approche différente de ce que doit être l’évaluation du risque et la classification des produits. L’EFSA évalue le principe actif pur : selon l’agence européenne, le glyphosate en soi n’est pas dangereux. En revanche, associé avec certaines autres molécules, il peut être plus ou moins toxique. Du coup, l’EFSA plaide pour qu’il soit à nouveau homologué. Ensuite, libre à chaque État membre de décider quel mélange à base de glyphosate il va autoriser ou non sur son territoire. Ainsi, par exemple, l’Europe pourrait dire « d’accord pour le glyphosate » et la France « non au Roundup ».
Les pesticides pulvérisés sur France 2
(Crédit photo : capture d’écran France 2)Le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC), lui, a classé il y a un an le glyphosate comme cancérigène probable. Le CIRC étudie l’exposition des populations au glyphosate par rapport à l’usage qui en est fait, et non en tant que tel : on n’utilise jamais du glyphosate pur mais seulement avec des adjuvants pour qu’il pénètre bien la plante. Le centre a étudié toutes les expositions : chez les agriculteurs, les particuliers, en fonction de la façon dont il est stocké, les doses utilisées… Et il l’a classé comme un facteur de risque de cancer, comme les ultra violets, ou l’alcool.
Autre différence majeure, le centre se base sur les études publiées alors que l’EFSA a accès à des études des industriels parfois classées confidentielles. Plusieurs ONG dénoncent l’opacité de ces études et les conflits d’intérêts pour certains experts scientifiques de l’agence européenne qui refuse même de rendre publics les noms de ses experts.
Lire aussi :  Les pesticides pulvérisés sur France 2 (l’Émission de l’équipe « Cash Investigation », présentée par Élise Lucet diffusée le 2 février sur France 2)
Pesticides. Témoignage de la situation en Argentine
Roundup : l’Union européenne demande à Monsanto de publier ses études sur le glyphosate
Monsanto sera jugé pour crime d’écocide par un tribunal international citoyen

cancerMonsanto

A propos werdna01

Hors des paradigmes anciens et obsolètes, libérer la parole à propos de la domination et de l’avidité dans les domaines de la politique, de la religion, de l’économie, de l’éducation et de la guérison, étant donné que tout cela est devenu commercial. Notre idée est que ces domaines manquent de générosité et de collaboration.
Cet article, publié dans Agroalimentaire, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.