Autriche : l’extrême droite aux portes du pouvoir

Le Monde 20/05/2016
L’Autriche va-t-elle se réveiller lundi matin avec un président d’extrême droite ? Cette perspective, qui serait inédite dans le pays depuis la fin de la seconde guerre mondiale et une première en Europe, paraît désormais tout à fait plausible.

275879_3_703e_norbert-hofer-candidat-du-parti-d-extr-me-droite_8bf63b8034a1db732e3d152065408cae.jpgb

Norbert Hofer, candidat du parti d’extrême droite FPÖ à l’élection présidentielle autrichienne, lors d’une séance au Parlement, à Vienne, le 19 mai. LEONHARD FOEGER / REUTERS
Après sa large victoire au premier tour, le 24 avril, le candidat du FPÖ (Parti de la liberté d’Autriche), Norbert Hofer, qui avait obtenu 35,1 % des voix, s’apprête à défier dimanche l’ancien dirigeant des Verts, Alexander van der Bellen (21,3 %). D’après certains sondages, le duel du second tour s’annonce serré.
Pour le Wall Street Journal, l’épineuse question de l’immigration, en partie à l’origine de la montée en puissance du parti de feu Jörg Haider, jouera sans doute un rôle majeur dans le choix des électeurs, à l’heure où le Vieux Continent fait face à un afflux de réfugiés sans précédent.
Si M. Hofer l’emporte, le nouveau chancelier social-démocrate (SPÖ) Christian Kern – choisi le 13 mai en remplacement de Werner Faymann, démissionnaire à la suite de la débâcle du SPÖ le mois dernier – devra trouver un modus vivendi avec l’extrême droite.
Lors de sa première conférence de presse, M. Kern, dont l’expérience politique est très limitée, a expliqué qu’il était « absolument inimaginable de travailler avec des partis qui incitaient à la haine envers les gens et les minorités ». Depuis, il a toutefois nuancé son discours, ajoutant qu’il refusait d’exclure toute coopération avec le FPÖ. The Daily Telegraph, BBC
De son côté, Norbert Hofer a lui aussi modéré ses propos, affirmant qu’il ne souhaitait pas un référendum sur l’appartenance de l’Autriche à l’Union européenne, pas plus qu’il n’envisageait une sortie de la zone euro et de l’espace Schengen. EUobserver
Journaliste au quotidien libéral Der Standard, Michael Völker pense que le résultat du scrutin tiendra à peu de chose. A ses yeux, l’identité de celui qui s’installera au palais de Hofburg a toutefois son importance. Et de conclure : tout dépend de ce que veulent les Autrichiens, « un président ouvert sur le monde ou un nationaliste qui va contribuer à l’isolement du pays ».

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans Débats Idées Points de vue, Europe, Politique, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.