Servier a une potion pour endormir la justice : tous les moyens sont bons pour retarder le procès de Mediator…

Le Canard Enchaîné – 18/05/2016 – Isabelle Barré –
A flag bearing the logo of the French pharmaceutical giant Les Laboratoires Servier flies at half in front of the laboratory building of the group in Gily, near Orleans, following the death of the group's founder Jacques Servier. Servier, the founder of Les Laboratoires Servier, died on April 16, 2014 at the age of 92. The French French pharmaceutical group is at the centre of an ongoing trial in which the company is accused of misrepresenting a diabetes drug that may have caused up to 2,000 deaths. AFP PHOTO / GUILLAUME SOUVANT / AFP / GUILLAUME SOUVANT
Les manœuvres de Servier ont fini par ulcérer les juges. Depuis des mois, Irène Frachon, qui a fait éclater le scandale du Mediator, le criait haut et fort : le labo mène une guérilla juridique pour retarder le grand procès de l’affaire. Mais, cette fois, c’est la justice elle-même qui le dit… La coupe a débordé avec cette requête de Servier déposée le 21 mars : le labo demande la consultation de 18 scellés.
Des pièces nouvelles, de nature à renverser l’affaire ? Nenni ! Ces scellés prennent la poussière aux greffes depuis des années ! Servier réclame des écoutes téléphoniques, « une copie de travail » d’un ordinateur, un disque dur ou encore un CD-Rom, qui ont tous été déposés au greffe entre… août 2011 et octobre 2013 !
Dilatoire de vivre Excédées, les juges d’instruction Claire Thépaut et Emmanuelle Robinson ont envoyé boulé Servier, le 15 avril, dans une ordonnance salée : « Ces 18 scellés (…) sont consultables par les parties depuis plusieurs années » et « n’ont jamais fait l’objet de remarques ou de demandes jusqu’au 21 mars 2016. » Conclusion de l’ordonnance, consultée par Le Canard : « Il convient de relevé la particulière tardiveté (sic) de cette demande (…) et son caractère manifestement dilatoire, traduisant la volonté de la défense depuis maintenant plusieurs mois de retarder l’issue judiciaire. » Et dire que Servier pleure sur l’épaule des victimes à longueur de communiqués…
Le labo, qui a déjà fait traîner la procédure, peut déposer toutes les demandes qui lui chantent jusqu’en juillet. Et il ne s’en prive pas. Servier réclame ainsi de nouvelles auditions d’Irène Frachon, qui a déjà été entendue « à quatre reprises« , soupirent les juges. Autre doléance : mettre en examen l’Agence nationale de sécurité du médicament pour tromperie. Comme si les magistrats allaient se laisser dicter leur conduite : « La décision de mettre en examen une personne (…) appartient au seul magistrat » et « ne peut faire l’objet d’une demande d’acte », s’agaçent-ils dans une autre ordonnance qui déboute le labo.
De report en port
547860_422715797752084_100000410028432_1420600_1407474892_nMais ce petit jeu lui fait gagner un temps précieux : « Servier fait appel de chaque demande rejetée, puis il y aura la cassation. C’est encore vingt mois de gagnés« , calcule un avocat des victimes, qui en « perd le fil » : au moins 48 appels sont en cours… A part quoi François de Castro, l’un des avocats du labo, nie toute manœuvre dilatoire : « Nos demandes ont pour but de mettre en lumière la responsabilité de l’Agence du médicament, qui a été totalement épargnée par l’instruction. » Pas « totalement« , quand même : l’Agence est mise en examen pour homicides involontaires, et sept de ses anciens experts le sont pour prise illégale d’intérêts…
696_somniferator-300x300Les juges ont réservé le chef de « tromperie aggravée » à Servier, qui reste à la hauteur de sa réputation : en multipliant les recours, le labo a reculé d’au moins quatre ans le procès, qui ne se tiendra pas avant 2019. « Le message envoyé aux victimes est catastrophique, soupire un avocat des parties civiles. Elles disent que la justice des puissants ne passe pas et qu’il vaut mieux accepter des règlements amiables au ras des pâquerettes. » En septembre, la laboratoire se vantait d’avoir « déjà » versé 12 millions d’euros dans des procédures amiables, alors que le Mediator lui a rapporté plus de 1 milliard de recettes !
Tromper les patients, ça rapporte énormément…

A propos werdna01

Hors des paradigmes anciens et obsolètes, libérer la parole à propos de la domination et de l’avidité dans les domaines de la politique, de la religion, de l’économie, de l’éducation et de la guérison, étant donné que tout cela est devenu commercial. Notre idée est que ces domaines manquent de générosité et de collaboration.
Cet article, publié dans Justice, Santé, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.