Attention police, au secours !

Le Canard Enchaîné – 08/06/2016 – J.-M. Th. –
Pas moins de 48 enquêtes, rien que ça ! La police des polices ne chôme pas depuis le début du mouvement contre me projet de loi Travail : elle instruit 48 plaintes à propos de violences… de flics. Un record. C’est dire si l’attitude des forces de l’ordre pose question dans les manifestations contre la loi El Khomri à Paris, Rennes ou Nantes, en dehors de la simple riposte aux casseurs.
160328Lara1Heureusement, Marie-France Moneger-Guyomarc’h, la directrice de l’Inspection générale de la police nationale (IGPN), a son explication devant cette inflation de dérapages présumés. Pour elle, ce n’est pas un problème de maintien de l’ordre, juste une question d’images : « Dans les 48 enquêtes actuelles, il y a un nombre non négligeable de personnes qui filmaient les manifestations et se sont retrouvés dans les charges (…). Le fait d’avoir au bout de son bras un téléphone portable enlève le réflexe habituel [de s’écarter]. » Que les manifestants laissent tomber leur téléphone et arrêtent de filmer les policiers, et ils ne prendront plus de coups. Avec de telles certitudes, on peut être sûr que les enquêtes de l’IGPN vont être rondement menées. En attendant, ce sont les journalistes qui trinquent. un photographe de 28 ans a été grièvement blessé le 26 ami lors d’une manifestation à Paris, et il est resté une dizaine de jours dans le coma. Une grenade à main de désencerclement (GMD), utilisée dans des conditions contestables, pourrait être à l’origine de ses blessures. Le policier ayant jeté la grenade n’a pas été suspendu : « Nous verrons lorsque nous aurons fini notre enquête« , a indiqué la directrice de l’IGPN.
A Rennes, les journalistes locaux ont saisi le défenseur des droits après les violences qui ont émaillé la manifestation du contre la loi Travail du 2 juin. Cinq fourgons de police ont traversé la foule en convoi à vive allure, fenêtres ouvertes pour diffuser des gaz lacrymogènes et distribuer des coups de matraque. Cinq manifestants ont fini aux urgences. Les interventions des forces de l’ordre se font dans « des conditions extrêmement difficiles » depuis plusieurs mois, a tenté de minimiser le préfet d’Ile-et-vilaine.
18 08 12 PoliceEh oui, les flics sont peins d’excuses : ils sont fatigués par l’état d’urgence, la menace terroriste, la contestation sociale, l’Euro de foot. Ils étaient applaudis et fêtés le 11 janvier 2015, les voilà conspués dix-huit mois plus tard, normal qu’ils dépriment. Surtout que, selon la droite, en dépit des promesses de Hollande, ils sont de moins en moins nombreux. Au lieu d’augmenter les effectifs, la gauche les aurait réduit de 868 bonhommes en quatre ans. Frédéric Péchenard, ancien flic préféré de Sarkozy devenu son homme de main chez les Rep, le jure, il a trouvé le chiffre dans un rapport de la Cour des comptes. Il oublie juste de rappeler que la droite aurait supprimé 3 000 emplois de policiers et gendarmes en 2011, ce qui explique qu’en dépit de la création de plus de 4 000 postes depuis 2013 le solde demeure négatif, compte tenu des départs à la retraite. 
Au fait, si les flics étaient plus nombreux, sûrs d’eux et dominateurs, ils seraient moins violents ?  

A propos werdna01

Hors des paradigmes anciens et obsolètes, libérer la parole à propos de la domination et de l’avidité dans les domaines de la politique, de la religion, de l’économie, de l’éducation et de la guérison, étant donné que tout cela est devenu commercial. Notre idée est que ces domaines manquent de générosité et de collaboration.
Cet article, publié dans Police, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.