Le PDG de l’Inserm démissionne du comité de pilotage de l’étude sur l’étiquetage alimentaire

Usine Nouvelle – 12/07/2016 – Pierre Monnier –
Yves Lévy a démissionné du comité de pilotage de l’étude sur l’étiquetage nutritionnel des produits, qui avait été diligentée par le gouvernement pour mieux informer le consommateur. Trois autres chercheurs ont également quitté le comité scientifique en raison de la présence dans ce comité de membres ayant des liens avec l’industrie agroalimentaire ou la grande distribution.
Le PDG de l’Inserm quitte le comité de pilotage de l’étude sur l’étiquetage alimentaire
Comme l’indiquait Le Monde dans son édition du 9 juillet, le président de l’Institut national de la santé et de la Recherche médicale (Inserm), Yves Lévy a officialisé son départ du comité de pilotage de l’étude sur l’étiquetage alimentaire. Composé de deux co-présidents et de dix membres, ce comité doit comparer l’efficacité de différents d’étiquetage pour informer les consommateurs sur la teneur nutritionnelle des aliments.
Une étude verrouillée par des conflits d’intérêts
Parmi les quatre étiquetages proposés figurent celui développé par des chercheurs de l’Inserm, celui des industriels alimentaires, celui de la grande distribution et celui appliqué au Royaume-Uni. Seul problème, les industriels se sont toujours refusés à utiliser un système de couleur comme le propose l’Inserm. Ces mêmes industriels font pourtant partie du comité qui choisira le système d’étiquetage le plus adapté.
Un conflit d’intérêt qu’avait dénoncé l’Inserm en formulant à plusieurs reprises des réserves et critiques sur la rigueur méthodologique de l’étude. Mais ses plaintes n’ont pas été prises en compte. Ce sont, selon Le Monde, les principales raisons du départ d’Yves Lévy, PDG de l’Inserm, du comité d’étude sur l’étiquetage nutritionnel des produits.
Déjà en avril, trois chercheurs avaient quitté le comité scientifique en charge du protocole de l’étude. Plus récemment, Roger Salamon, président du Haut Conseil de la santé publique, estimait en juin que l’étude mise en place « est en totale opposition avec ses recommandations et risque d’être contre-productive », dans une lettre que le journal du soir s’était procurée.
Sur le même thème: Pourquoi les tests sur l’étiquetage nutritionnel pourraient être un coup d’épée dans l’eau

images

A propos werdna01

Hors des paradigmes anciens et obsolètes, libérer la parole à propos de la domination et de l’avidité dans les domaines de la politique, de la religion, de l’économie, de l’éducation et de la guérison, étant donné que tout cela est devenu commercial. Notre idée est que ces domaines manquent de générosité et de collaboration.
Cet article, publié dans Agroalimentaire, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.