Santé – Le médecin de Savigné a mis le cap à l’Ouest

La Nouvelle République 12/07/2016

seduite-de-longue-date-par-le-charme-de-l-ile-de-sein_2957458_423x330p

Séduite de longue date par le charme de l’île de Sein, Laëtitia Masthias, médecin généraliste installée en Indre-et-Loire, remplacera Ambroise Menou (à droite) qui prend sa retraite à la fin du mois.
Changement de vie radical pour Loetitia Masthias, après 28 ans en Touraine. Sur une île, elle est désormais médecin, pharmacien, infirmière ou… vétérinaire !

SEIN426

Fini les grandes tournées en voiture. La médecin fait désormais ses visites avec sa charrette à bras.
 Son premier patient sur l’île de Sein, rocher de deux kilomètres à l’extrême ouest de la Bretagne, ce fut… un chien ! C’était il y a plusieurs années.
Loetitia Masthias, médecin à Savigné-sur-Lathan, effectuait alors un remplacement d’été, pour soulager l’unique médecin de l’île, de garde, de fait, vingt-quatre heures sur vingt-quatre. Il faut croire que l’exercice lui a plu, car il y a une dizaine de jours, la quinquagénaire le relevait définitivement lors de son départ à la retraite. Quittant la Touraine où elle a exercé durant 28 ans.
 « Une décision mûrement réfléchie, assure-t-elle. Je connais très bien Sein. J’y viens en vacances depuis 30 ans. Ma meilleure amie, une Tourangelle, est mariée à un natif de l’île. Je les y retrouvais en vacances. Et puis, à leur retraite, ils ont choisi d’y rentrer. C’est sans doute ce qui m’a donné l’idée… »
D’abord d’y construire une maison, en prévision de sa propre retraite en 2026. Mais le grand départ a finalement été anticipé. « Un cancer m’a fait lever la tête du guidon. A Savigné, je travaillais de 8 h à 21 h, chaque jour, avec en plus mes gardes de pompier. La maladie m’a forcée à me poser les bonnes questions. Je me suis projetée et j’ai compris que je n’allais pas pouvoir continuer sous cette forme-là. J’ai pensé à m’associer – mais je n’en avais pas envie –, à faire autre chose – mais quoi ? »
«  La vie est ici beaucoup plus tranquille  »
La Tourangelle n’a pas hésité longtemps quand elle a appris que l’île cherchait un médecin. « La vie ici est beaucoup plus tranquille, même si je suis de garde en permanence. Déjà, je n’ai plus de voiture, mais une charrette à bras. J’y transporte ma sacoche et mon sac d’urgentiste, car je suis toujours pompier. »
Loetitia Masthias veillera sur 150 âmes de tous âges, 1.500 l’été. Elle est à la fois médecin, infirmière, vétérinaire et pharmacien. « Eh oui, je joue à la marchande. C’est le plus difficile pour moi. Il faut suivre les commandes, gérer le stock, anticiper les besoins de chacun et surtout appréhender la TVA. Je découvre… » D’autant que la vie sur une île,qui peut être isolée plusieurs jours en cas de mauvais temps, nécessite de tout anticiper. « Sur le plan professionnel comme privé. Il y a bien une petite épicerie, mais, le reste, il faut le faire venir par le bateau. Heureusement, aujourd’hui il y a internet. Même pour un lacet ! » Son mari vient justement d’en faire la gênante expérience…
repère
Relève assurée
Loetitia Masthias n’a pas voulu laisser sa patientèle de Savigné dans l’embarras. Elle s’est donc assurée d’avoir un successeur, ce qui est loin d’être évident aujourd’hui. « La médecin qui a pris la relève est ma remplaçante depuis années, ça tombait bien les patients la connaissent. » Comment a-t-elle fait pour attirer sa consœur ? « Je suis très fière d’avoir donné envie à une jeune femme de me succéder. Cela passe par une pratique médicale variée, qui va du nourrisson de quelques jours à la femme enceinte, en passant par la personne âgée, mais également par de bonnes conditions de travail. Mon cabinet était par exemple informatisé. »
Cécile Lascève
Indre-et-Loire – Savigné-sur-Lathan

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans Santé, Social, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.