Habiter autrement – Depuis deux ans, ils vivent dans la maison de leurs rêves

La Nouvelle République 18/07/2016
A la Mérigotte, trois foyers ont construit, en partie par eux-mêmes, une maison passive à ossature bois. Ils l’habitent depuis 2014.
Rien n’a été simple, mais ils touchent – presque – le but. Car il reste encore la salle commune à aménager, un four à pain à installer et encore des cartons à vider. Des détails au vu du travail initié en 2004 et qui s’est concrétisé dix ans plus tard, quand Benoît Théo, Danielle et Michel Massé, Geneviève et Gérard Brochoire ont pris possession de la maison passive à ossature bois qu’ils ont imaginée et construite en partie par eux-mêmes.

habiter autrement la Mérigotte 005

Benoît Théo, Danielle et Michel Massé, Geneviève et Gérard Brochoire (de d. à g.) ont encore un peu de travail à faire pour achever leur maison. Ici sur la terrasse d’un appartement, côté sud.
Avec le concours d’un architecte de Lussac-les-Châteaux, d’un bureau d’études du Loir-et-Cher et d’entreprises du bâtiment (fondations, terrassement, ossature bois, isolations, étanchéité, menuiseries intérieures, panneaux photovoltaïques, revêtement de sol).
«  Deux heures de soleil par jour suffisent pour chauffer la maison l’hiver  »
Gérard Brochoire : « Depuis l’été 2014 nous vivons ici. Chaque foyer dispose de parties privatives qui donnent côté sud avec pièces à vivre, cuisine, chambres et bureaux. Côté nord, nous avons réalisé par nous-mêmes les parties communes : un atelier, trois garages encore encombrés de cartons, une buanderie-cuisine. »
Les Brochoire et les Massé avaient déjà vécu avec leurs enfants dans une maison ancienne de l’avenue de Paris qu’ils avaient retapée. Les obligations professionnelles ont conduit Geneviève et Gérard Brochoire à partir pour la Normandie. Benoît Théo a occupé l’appartement laissé libre. L’heure de la retraite approchant, les Brochoire ont souhaité revenir à Poitiers. L’idée d’une habitation plus vaste pour loger les trois foyers a alors germé. Et s’est peu à peu concrétisée.
Danielle et Michel Massé : « Nous voulions miser sur les économies d’énergie, l’accessibilité et des lieux de vie communs, même si chaque couple habite dans son appartement. »
Le choix s’est donc fait pour une habitation passive (38 m sur 16 m) sur 1.800 m2 (trois parcelles réunies en une seule) avec panneaux photovoltaïques dont l’électricité est entièrement revendue. Une chaudière à granulés a été installée… en cas d’hiver rigoureux. Michel Massé : « Avec deux heures de soleil par jour, la température intérieure monte à 21 °. En hiver, on peut alors tenir la journée sans chauffage d’appoint. ».
Benoît Théo : « Les pièces côté sud sont très lumineuses, très agréables à vivre. »
La concrétisation a demandé plus de temps que prévu. « Pour certaines parties, nous avons essuyé les plâtres, c’est vrai. Les normes édictées pour obtenir un label sont soumises à interprétation. Et les entreprises ont parfois appris en même temps que nous. »
Au-delà la concrétisation de la maison de leurs rêves, les trois couples cherchent à s’impliquer dans leur quartier et leur environnement. En découvrant la faune sauvage le matin au petit-déjeuner, en s’activant – c’est surtout vrai pour Benoît Théo – dans les activités de jardinage et en ouvrant leurs portes régulièrement à leurs voisins. Il n’est pas rare de les voir travailler dans leurs garages donnant sur la rue d’accès à leur habitation.
Jean-Jacques Boissonneau
Vienne – Poitiers
Maison passive – Principes

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans Ecologie, Economie, Industrie, Logement, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.