Trois propositions pour réformer les JO

Charlie Hebdo – 20/07/2016 – Iegor Gran –
gold_bolt1Les JO arrivent et ça sent la fausse joie à plein nez. Comme d’habitude. Voilà plusieurs décennies que cette kermesse à la gloire de Coca, McDo, Visa et Nike n’a plus grand chose à voir avec le sport, et fait davantage penser à une surboum infantile et nationaliste  où chaque pays compte ses médailles, se mire dans ses biceps, agite ses drapeaux. Les « cérémonies » d’ouverture et de clôture sont des sommets indépassables de mauvais goût collectif; à force de les subir, on finit par prendre conscience que les gènes de la Corée du Nord, avec ses défilés aux fanions et ses mouvements de foule synchronisés au millimètre, sont beaucoup plus répandus que ce que l’on avait espéré. La construction effrénée de piscines olympique et d’infrastructures inutiles (type piste de bobsleigh à Sotchi) baigne dans une ambiance de corruption et de course aux juteux contrats de construction, pendant que se creusent les budgets (forcément dépassés) et que prospère le culte de la force physique et l’industrie du médicament illicite. Comment nous en sortir ?
imgres1Proposition 1 : En finir avec les tournantes. Les Jeux doivent avoir leu en Grèce, point barre. Comme en 1896, en 2004 et en 776 av. J. C. La Grèce les a inventés, la Grèce doit en subir les conséquences. Imagine-t-on le Tour de France se dérouler au Japon ou en Bolivie ? Le carnaval de Rio partir à Bruxelles ? Pas vraiment. Pour cette même raison, les Jeux doivent rentrer en Grèce et y rester. Ainsi cessera la mascarade démago autour du choix du pays organisateur, et les dépenses inutiles en pots-de-vin et dossiers de candidature. Par la même occasion, on rentabilisera les infrastructures sportives, qui ne seront plus jetables et ne se transformeront plus en fantômes comme le sinistre village olympique d’Athènes 2004 ou le tremplin du saut à ski de Grenoble 1968. A propos de ski, le Jeux d’hiver seraient tout simplement supprimés, après un référendum mondial où toute l’Afrique et le Sud-Est asiatique voteraient contre -eux qui n’ont pas de neige. Les économies réalisées permettraient non seulement de se passer de sponsoring, mais aussi de réduire le déficit grec. 
Proposition 2 : Un seul drapeau : le drapeau olympique.Les athlètes seraient classés par ordre alphabétique et défileraient sans aucune référence à leur pays d’origine. Les tenues sportives seraient identiques pour tout les monde. A la place de l’hymne national, le médaillé choisirait sa chanson préférée : après tout, c’est lui le héros du jour ! Conséquence directe de l’absence d’équipes nationales : les sports collectifs ne seraient plus pratiqués. On reviendrait à la conception originale des Jeux, celle de Pierre de Coubertin. Faut-il rappeler que, lors des premiers Jeux de l’ère moderne, en 1896, on ne savait même pas avec précision quels pays étaient représentés ? On s’en fichait. Il y avait une noblesse chez l’amateur de sport, un respect de sa discipline que l’on ne rencontre plus guère que dans l’alpinisme. Il a afallu attendre 1908 pour voir les délégations nationanles défiler sous leurs drapeaux – le XXème siècle a tout gâché.
Proposition 3 : Brûler la mascotte avec la torche de la flamme olympique. Sur le même bûcher, on placera tout l’arsenal grandiloquent à l’esthétique débile qui accompagne la mascarade, toutes les cloches, les cérémonies et les serments olympiques, tout le marketing dérivé, toute la camelote de l’autosatisfaction. Il n’est jamais trop tard pour repartir sur de bonnes bases. Alors, ça fait rêver ?

A propos werdna01

Hors des paradigmes anciens et obsolètes, libérer la parole à propos de la domination et de l’avidité dans les domaines de la politique, de la religion, de l’économie, de l’éducation et de la guérison, étant donné que tout cela est devenu commercial. Notre idée est que ces domaines manquent de générosité et de collaboration.
Cet article a été publié dans Débats Idées Points de vue, Sport. Ajoutez ce permalien à vos favoris.