Indre – Partie de Syrie, une famille a trouvé refuge à Vatan

La Nouvelle République 26/07/2016
Une famille syrienne est accueillie, depuis le 4 juillet, par une retraitée de Vatan. Elle a pu quitter son pays par avion, munie de visas de demandeurs d’asile.

réfugiés syriens

La famille accueillie à Vatan par leur amie française, Louise, a rencontré Clarisse Pépion, maire de la commune, prête elle aussi à les aider dans leurs démarches.
On entend le rire des enfants qui jouent dans le jardin. Depuis leur arrivée à Vatan le 4 juillet, Georges (15 ans), Micheline (12 ans), Laurica (8 ans) et le petit Rolland (2 ans et demi) retrouvent cette part d’insouciance qui s’éteignait peu à peu dans leur pays en guerre.
« Grâce à Dieu », comme répète leur grand-mère, Laurice, la famille a pu fuir ensemble cette Syrie où l’avenir est devenu si incertain. Tony, le fils de Laurice, a envisagé un temps de partir seul pour ouvrir la voie de l’exil pour les siens. « Il voulait passer par la Grèce. Il avait commencé à vendre sa voiture pour financer le voyage », raconte Louise, amie de la famille de longue date, qui les a recueillis chez elle à Vatan.
Finalement, Tony s’est laissé convaincre de trouver une autre solution permettant à la famille de rester unie. La solution est venue de Louise, pétillante retraitée qui partage son temps entre la région parisienne et Vatan, où elle a une grande maison. « Nous nous connaissons depuis des années. Ma maman était la marraine de Tony. Quand elle est décédée, je l’ai assuré qu’il pouvait désormais compter sur moi », raconte Louise qui a senti que le moment était venu de lui apporter son soutien.
Pendant un an, elle les a aidés, à distance, à monter un dossier d’asile auprès de l’ambassade de France en Syrie. « Il a fallu que je donne des garanties, que je présente la maison où j’allais les héberger et que je justifie de mes ressources, car je suis aussi responsable d’eux pécuniairement. »
Leur vie dans vingt et une valises
Grâce à tous ces éléments, les sept membres de la famille se sont vu accorder, au titre de l’asile des visas leur permettant de quitter la Syrie pour la France. De précieux sésames qui ont changé toute la donne. Tony ; son épouse, Reem ; leurs quatre enfants ; la grand mère, Laurice, n’ont pas rejoint le lot de migrants fuyant clandestinement le pays. Munis de papiers en règle, ils ont quitté la Syrie par avion et ont retrouvé Louise à Paris.
Entre le départ de leur maison, près de Damas, à 2 h du matin et leur arrivée à Beyrouth (Liban) vers 12 h, pour prendre l’avion, ils ont dû passer quatre barrages. « A chaque fois, raconte la grand mère, ils ont fait descendre tout le monde du minibus et nous ont fait ouvrir tous nos bagages. » Les vingt et une valises où Laurice et les siens ont rassemblé tout ce qu’ils ont pu emporter de leur vie d’avant, ont été fouillées soigneusement. Tout étant conforme, la famille a pu s’envoler pour rejoindre le Caire (Egypte) d’où ils ont pris une correspondance pour Paris.
A présent, c’est une nouvelle vie qui s’offre à eux. « Nous avons beaucoup de chance, reconnaît Laurice, convaincue d’avoir fait le bon choix en quittant la Syrie. Il fallait se sauver. Au moins pour les enfants. Je n’ai pas de regret de l’avoir fait. Mais il est vrai que ça me fait un peu mal d’être partie en laissant des choses inachevées, là-bas. Je ne sais pas si j’aurai l’occasion d’y retourner un jour pour le faire. Si Dieu le veut J’essaie de ne pas trop y penser. Maintenant, il faut vivre le moment, là où on est. »
Martine Roy
Indre – Issoudun

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans Social, Solidarité, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.