Autoroutes : Vini,vidi, et Vinci…

Le Canard Enchaîné – 03/08/2016 –
Jeudi 28 juillet, François Hollande s’est offert une petite escapade dans les Pyrénées-Orientales qui est injustement passée inaperçue. Venu saluer le lancement de l’élargissement de l’autoroute A9 (passage à 2 fois 3 voies sur le tronçon du Boulou à la frontière espagnole.), il a demandé qu’un nouveau plan autoroutier soit préparé au plus vite et que les travaux débutent dès janvier 2017. Trois mois avant l’élection présidentielle, faut-il le préciser ?
le-president-francois-hollande-s-est-longuement-exprime-sur_781874_516x332
« La route c’est la liberté, quand on la prend, quand on l’ouvre, c’est qu’on a choisi son chemin. Vive l’A9 ! » a lancé le chef de l’État en rappelant les grands points et principes du plan de relance autoroutier qu’il a signé en 2015 avec les concessionnaires dont Vinci Autoroutes.
Dans son discours, le chef de l’État a souhaité que ces nouveaux projets soient « financés sans qu’il en coûte au contribuable, sans augmenter les péages, sans charges supplémentaires pour les villes (…); [il] revendique la méthode et le résultat« . Cette « méthode » miraculeuse, il s’est bien gardé de l’expliquer, car elle a de quoi énerver le contribuable et l’automobiliste.
En fait elle a été suggérée à l’Élysée par les dirigeants de Vinci et reprend celle déjà utilisée lors du précédent plan autoroutier, décidé en 2015. Elle consiste à prolonger la durée des concessions accordées aux sociétés d’autoroutes en échange du financement des travaux. Comme le confirme un expert au « Figaro » (30/7), « Vinci est en train d’inventer la concession perpétuelle. Il repousse chaque fois un peu plus l’échéance des concessions, et évite donc la possibilité pour l’État de remettre en concurrence« . Une pratique déjà dénoncée par la Cour des comptes.
A ce premier objectif, il convient d’en ajouter un autre. Pour financer lesdits travaux, les sociétés concessionnaires peuvent emprunter sur les marchés à des taux extrêmement bas – moins de 2 % -, alors que les péages leur assurent des profits récurrents supérieurs à 7 %. Le calcul est facile à faire.
A propos, qu’en pense la ministre de l’Environnement, Ségolène Royal, qui, l’an dernier, pour punir Vinci et autres, voulait rendre les autoroutes gratuites le week-end ?

besak-11_02_13_104

8907070-14116341

A propos werdna01

Hors des paradigmes anciens et obsolètes, libérer la parole à propos de la domination et de l’avidité dans les domaines de la politique, de la religion, de l’économie, de l’éducation et de la guérison, étant donné que tout cela est devenu commercial. Notre idée est que ces domaines manquent de générosité et de collaboration.
Cet article, publié dans Non classé, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.