Le dépassement global, ou le principe de la planète à crédit

On n’est pas des moutons – 08/08/2016 – Estelle Pattée – Article tiré de Libération  le 8 août 2016
643678--Photo  AFP – Philippe Huguen
Selon l’ONG Global Footprint Network, l’humanité a consommé à partir de ce lundi 8 août tout ce que la Terre produit pour cette année. Sebastian Winkler, vice-président de l’ONG américaine, revient sur ce que l’on appelle «le jour du dépassement global».
Sebastian Winkler, vice-président de l’ONG américaine Global Footprint Network explique ce qu’est le «Earth Overshoot Day» (le «Jour du dépassement global»).
Que signifie le jour du Dépassement global ?
Cela veut dire que nous avons déjà consommé tout ce que la Terre produit a pour cette année. On consomme 1,6 planète au lieu d’une planète. On prend en compte les ressources renouvelables, d’un côté la biocapacité, c’est-à-dire ce qui est renouvelé chaque année, comme les poissons, les denrées alimentaires et les pâturages pour la viande. De l’autre côté, on calcule l’empreinte écologique, c’est ce qui est consommé, construit ou émis dans l’atmosphère. Les émissions de carbone représentent aujourd’hui 60% de l’empreinte écologique. Elles doivent être réduites à zéro d’ici 2050 pour ne pas entrer dans un changement climatique critique.
Ce jour arrive-t-il de plus en plus tôt ?
Nous sommes entrés depuis les années 70 dans une phase de dépassement. En 1970, la journée globale de dépassement était le 23 décembre. Aujourd’hui, c’est le 8 août. Cela veut dire que nous sommes en train de vivre à crédit. Mais la bonne nouvelle, c’est que ce jour arrive moins vite depuis les cinq dernières années.
Quelles sont les solutions ?
Il y a des moyens de repousser cette date en changeant notre manière de consommer et en réduisant les émissions de Co2. Cela commence au niveau individuel, jusqu’à l’entreprise, la région et la nation. On a par exemple un calculateur sur notre site pour que chaque citoyen voit où il peut faire des efforts.
L’accord de Paris nous conduit dans la bonne direction. Il y a des exemples, comme le Costa Rica, où les énergies renouvelables ont alimenté 97% de la demande électrique. Mais il y a un manque de volonté politique et il nous faut des efforts beaucoup plus considérables pour mettre en œuvre ces engagements. Là aussi, l’individu peut aider à mettre la pression sur les élus.
ob_ec678b_0-agir-pour-l-env-13ao15-jour-du-depp

A propos werdna01

Hors des paradigmes anciens et obsolètes, libérer la parole à propos de la domination et de l’avidité dans les domaines de la politique, de la religion, de l’économie, de l’éducation et de la guérison, étant donné que tout cela est devenu commercial. Notre idée est que ces domaines manquent de générosité et de collaboration.
Cet article, publié dans Ecologie, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.