Deux-Sèvres – Environnement : Le plus grand plan d’eau du département bientôt à sec

La Nouvelle République 11/08/2016
En un mois, le lac du Cébron est déjà passé de 11,5 à 3,5 millions de m 3 d’eau. Dans quatre semaines, il devrait être à sec. Une première historique.

CEBRON BARRAGE

Le lac du Cébron a déjà perdu quasiment les trois quarts de sa réserve d’eau en seulement un mois, comme le constate Jean-Paul Baron, chef du service biodiversité au Département.
C’est une opération historique, très technique mais aussi très spectaculaire, qui avance à grands pas du côté du lac du Cébron. En l’espace d’un mois, le plus grand plan d’eau du département a perdu les trois quarts de son volume d’eau.

33913

Il est ainsi passé de 11,5 millions de m3 début juillet à 3,5 millions de m3 en ce début août. Pour la première fois de son histoire, le lac qui s’étend sur 180 hectares va se retrouver à sec offrant un tout autre paysage ! Une vidange nécessaire pour contrôler et remettre en état les installations de la SPL des eaux du Cébron.
ADTL 009

ADTL 009

Car avant d’être un lac d’agrément apprécié pour ses promenades, sa pêche, ses activités nautiques ou sa biodiversité à observer, le lac du Cébron est avant tout une retenue à vocation de produire de l’eau potable. Retenue qui alimente (après traitement dans l’usine) près d’un tiers de la population du département, soit 140.000 personnes !
Changement d’eau

7622483

La grande manœuvre n’avait encore jamais été tentée depuis la création de la retenue il y a 32 ans, notamment pour ne pas risquer de priver d’eau les foyers desservis, en cas de pluies automnales et hivernales trop faibles à suivre. Ce risque n’existe plus depuis l’année dernière, depuis que le barrage du Cébron est relié à celui de la Touche-Poupard qui va prendre le relais. L’opération devrait être aussi transparente que l’eau pour les habitants puisqu’ils ont déjà changé d’eau sans s’en apercevoir. « Nous avons effectué trois-quatre tests de basculement d’un barrage à l’autre sur plusieurs jours qui se sont bien passés » indique Cyril Barbarit, le directeur de la Société publique locale (SPL) des eaux du Cébron qui exploite le barrage et l’usine de traitement.
Heureusement puisque dans un mois, le Cébron devrait être complètement vide. Les vannes n’ont évidemment pas été totalement ouvertes début juillet. Ceci pour, d’une part, garder une réserve pour l’eau potable le plus longtemps possible. Et d’autre part, pour ne pas perturber le milieu du Cébron, ruisseau où l’eau se déverse après le barrage. On imagine aisément les dégâts si l’eau était lâchée d’un seul coup ! « Des prélèvements quotidiens sont effectués car nous sommes soumis à des seuils de qualité en terme de matières en suspension, oxygène dissous, ammoniaque… » indique Cyril Barbarit. En fonction des résultats, les vannes sont un peu relevées ou rabaissées pour que le ruisseau conserve une bonne qualité d’eau.

lac-du-cebron-1

Ouverture totale le 5 septembre
Les choses sérieuses vont commencer le 5 septembre très exactement. Ce jour-là, les vannes seront totalement ouvertes pour évacuer les derniers mètres cubes d’eau et permettre à la dizaine d’entreprises mandatées d’intervenir sur l’ouvrage. Une autre urgence commencera alors : sauver les tonnes de poisson (lire ci-dessous) qui se sont multipliées dans le lac pendant trois décennies ! Une opération confiée à des pros qui s’annonce spectaculaire et à laquelle le public pourra également assister avec la possibilité d’acheter des poissons.
nr.niort@nrco.fr
le chiffre
6
C’est, en millions d’euros, le montant investi dans les travaux concernant la seule usine de traitement de l’eau adossée au barrage. Ceux-là ont débuté. Ils visent à moderniser l’équipement et permettre d’éliminer 100 % des matières organiques (feuilles, branches, algues…) présentes dans l’eau (contre 80 % actuellement).

33912

Les travaux sur l’ouvrage du barrage quant à eux, s’élèvent à 700.000 €. Lancés début septembre, ils devraient durer environ un mois et s’achever fin octobre, date à laquelle les vannes seront refermées et le barrage se re-remplir avec l’apport des pluies et des quatre cours d’eau qui y convergent naturellement : le Cébron, la Raconnière, la Taconnière et le Marais Bodin.
Hélène Echasseriau
Deux-Sèvres

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans Ecologie, Nature, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.