Bilan – Depuis lundi, notre planète vit à crédit : nous sommes partis pour la « sixième extinction »

Terre-poids-humanite
L’Obs  Le Plus  08-08-2016 Point de vue  Par Yves Paccalet philosophe écologiste
LE PLUS. Depuis ce lundi 8 août, l’espèce humaine serait arrivée au bout des ressources disponibles et entamerait un crédit à la consommation vis-à-vis de sa planète. La fin de l’humanité a-t-elle sonné ? Oui, affirme Yves Paccalet, philosophe écologiste. Selon notre contributeur, le « jour du dépassement » se met à ressembler d’assez près au « jour du jugement »… dernier.
Afin d’évaluer l’impact d’un sujet ou d’un groupe d’individus sur son environnement, on se sert d’un indicateur appelé l’ »empreinte écologique ».
Le principe en est simple. Pour boire, nous nourrir, nous vêtir, nous loger, nous déplacer, nous divertir, nous soigner ou recycler nos déchets, nous consommons des ressources – de l’eau, de l’air, de l’énergie, des aliments, des matières premières, de l’espace… Et nous laissons une trace (souvent bien visible) sur la planète.
Aussi longtemps que, collectivement, nous ne prélevons pas davantage que le globe ne peut donner, tout va bien. Notre cohabitation, notre vie commune avec Gaïa, restent équilibrées. Le système peut durer.
L’Éthiopien « vaut » cent fois moins que l’Américain
 Mais lorsqu’on fait la somme des empreintes écologiques des sept milliards trois cent millions d’Homo sapiens actuels, un colossal problème se pose : la répartition des surfaces entre les individus ou les peuples est scandaleusement inégalitaire.
L’empreinte écologique de l’Américain atteint 20 hectares, celle de l’Européen 10, celle de l’Africain 0,2… Selon ce critère, l’Éthiopien ou le Nigérien « valent » cent fois moins que le Yankee. Bien entendu, aucun humain n’en « vaut » cent autres. C’est faux du point de vue de la science, injuste philosophiquement, et moralement intenable. Mais telle est notre façon de définir le « progrès » !
En ce début de XXIe siècle, si tous les hommes consommaient comme les Européens, il ne nous faudrait pas moins de trois planètes pour satisfaire nos besoins. S’ils adoptaient le mode de vie américain, il nous en faudrait six.
Question : où tournent les cinq planètes qui nous manquent ?
« L’heure du bilan a sonné ! »
Au long de son Histoire, l’espèce humaine a déjà modifié à son profit la moitié des terres émergées du globe terrestre. L’Homo sapiens capte, aujourd’hui, à son profit exclusif, plus du tiers de l’eau potable ou plus du quart de la production organique primaire. D’une façon générale, nous nous approprions une bonne moitié des ressources organiques de la planète.
L’organisation non gouvernementale Global Footprint Network (GFN) calcule chaque année notre empreinte écologique en utilisant une unité de mesure originale : l’hectare global (hag) par habitant.
« L’heure du bilan a sonné ! » préviennent ses responsables. Nous vivons à crédit sur notre unique et minuscule vaisseau spatial. Le processus d’épuisement s’accélère.
Nous ôtons de l’espérance de vie à notre espèce
Dans un monde en équilibre, nous devrions consommer en une année ce que la Terre nous offre dans le même laps de temps. Ce n’est plus le cas. Pour sept milliards d’humains, chaque humain sur la Terre ne devrait pas occuper plus de 1,8 hectare global par habitant.
En 2008, nous en étions, en moyenne, à 2,7, avec un record pour le Koweit et les Émirats arabes unis : 11,7 !
En l’an 2000, nous consommions les ressources terrestres disponibles sur la planète en dix mois : le 1er novembre, nous commencions à vivre à crédit. En 2005, nous avions brûlé notre part dès le 20 octobre
En 2011, le « jour du dépassement » a été le 25 septembre. En 2012, la date fatidique est advenue le 22 août.
En 2016, on en est au 8 août. Ce que nous aurions dû engloutir en 366 jours (l’année est bissextile !), nous l’avons épuisé en 221… Nous avons tout dévoré ou tout pollué en 60 pour 100 du temps qui nous était imparti. Les 40 pour 100 restants, nous les empruntons au futur. Nous les volons à nos enfants. Nous les ôtons à l’espérance de vie de notre espèce.
Nous nous préparons une Terre invivable  
Comment cette tendance pourrait-elle ne pas s’aggraver, dès lors que notre population passera de plus de sept milliards de sujets aujourd’hui à neuf ou dix en 2050 ?
L’effondrement de la biodiversité ajoute ses effets pernicieux à ceux des gaz à effet de serre et du chaos climatique, des pollutions et des saccages généralisés, de l’épuisement des ressources forestières et marines, de la stérilisation des terres agricoles, de l’artificialisation des sols…
Nous nous préparons une Terre invivable. Nous sommes bien partis pour la fameuse « sixième extinction », au cours de laquelle nous jouerons le double rôle de l’assassin et de la victime.
Dans le vocabulaire quotidien, cette figure est appelée « suicide ». Si l’on a l’esprit quelque peu religieux, ou teinté d’humour noir, on dira que le « jour du dépassement » se met à ressembler d’assez près au « jour du jugement ». Dernier, bien entendu !
 Édité par Barbara Krief  Auteur parrainé par Guillaume Malaurie
« The End of the World », (‘Le jour du jugement dernier » – « La fin du monde ») tableau du peintre John Martin. (Wikipédia)

9301470652823

Pour en savoir plus

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans Débats Idées Points de vue, Ecologie, Economie, Nature, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.