Alep – Omran Daqneesh, 5 ans, triste symbole de la guerre en Syrie

La photo d’un enfant syrien devenu symbole.
Il s’appelle Omran Daqneesh, il a cinq ans, et la photo de son visage ensanglanté a fait le tour du monde. Ce jeune Syrien sauvé des décombres à Alep après un bombardement des forces russes ou du régime est devenu un nouveau symbole de la guerre civile qui ravage le pays depuis plus de cinq ans. The New York Times
Sud-Ouest- 19/08/2016
L’intensification des combats à Alep en fait l’un des pires conflits urbains jamais menés. Mercredi, l’état d’un enfant, victime d’un raid, a choqué le monde entier

omran-daqneesh-cinq-ans-rescape-d-un-raid-aerien-sur-la_4043087_1000x500

Omran Daqneesh, cinq ans, rescapé d’un raid aérien sur la ville d’Alep. ©
Capture d’écran de la vidéo de la chaîne AMC

Mercredi, une frappe aérienne, régime d’Assad ou de ses soutiens russes, a anéanti un peu plus la ville d’Alep (Syrie). Parmi les sinistrés, Omran Daqneesh, un enfant de cinq ans, traumatisé et devenu malgré lui un symbole du drame qui se joue à Alep.
L’enfant, sorti des décombres, a été blessé à la tête. Il a été filmé par des militants proches des rebelles visés. Il est emmené dans le camion des secours et se fond dans un mutisme déconcertant, attendant sagement ses soins. Selon une information du Telegraph Omran Daqneesh fait partie des huit personnes blessées, dont une femme et cinq enfants, lors du bombardement.
Le garçonnet est sorti quelques heures plus tard de l’hôpital, selon cette photo diffusée par un journaliste du quotidien britannique.
La bataille d’Alep, la deuxième ville de Syrie, est l’un des pires conflits jamais menés, selon le président du Comité international de la Croix-Rouge (CICR). « C’est, sans l’ombre d’un doute, l’un des conflits urbains les plus dévastateurs de notre époque », a déclaré lundi Peter Maurer. « Les enfants ont été traumatisés. L’ampleur des souffrance est immense », s’est-il alarmé.
Enjeu majeur de la guerre qui ravage la Syrie depuis plus de cinq ans, la ville est divisée en quartiers rebelles à l’est et quartiers prorégime à l’ouest. Les deux camps ont renforcé leurs effectifs en vue de la bataille qui leur permettrait de s’emparer de la totalité de l’ancienne capitale économique du pays.
Une intensification des combats qui a suscité une forte préoccupation pour le sort des 1,5 million de civils se trouvant dans la ville, dont 240 000 dans les quartiers tenus par les insurgés.

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans International, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.