International – Colombie : accord de paix historique avec les FARC

Il s’agit d’une étape historique dans le conflit qui agite le pays. Le gouvernement colombien et les rebelles des Forces armées révolutionnaires de Colombie (FARC) ont annoncé mercredi avoir décidé d’un accord de paix.

340214_3_5d4b_humberto-de-la-calle-responsable-des-n-gociation_fdf1dc3ba28ec0eaa976673ce979e534

Humberto de la Calle, responsable des négociations de paix pour le gouvernement colombien. YAMIL LAGE / AFP
Les deux parties ont signé un texte qui devra être ratifié par un référendum national le 2 octobre. Cet accord est l’aboutissement de presque quatre ans de pourparlers, il a été signé à La Havane, à Cuba, là même où ont démarré les négociations en novembre 2012. The Guardian
« La guerre est finie », a déclaré le chef des négociations du côté du gouvernement colombien, Humberto de la Calle, « il est temps de donner sa chance à la paix ». Un cessez-le-feu « bilatéral et définitif » avait déjà été signé le 22 juin.
L’accord signe donc la fin de cinquante-deux ans de guerre en Colombie. Il établit également un calendrier pour le désarmement et la réintégration des milliers de guérilleros, de 7 000 à 8 000 selon les estimations du gouvernement, le tout dans un processus de paix qui s’annonce long et complexe. El Espectador
Cet accord de paix a cependant fait l’objet de critiques, notamment de l’ancien président Alvaro Uribe, en raison de mesures controversées. Parmi elles, l’amnistie qui pourrait être accordée aux guerrileros confessant leurs crimes, sauf en cas de crime de guerre ou contre l’humanité. El Pais, El Tiempo
Le quotidien proche du pouvoir El Tiempo est confiant : les opposants politiques au texte ne seront pas assez nombreux au Parlement pour bloquer l’accord et son volet législatif.
Président jusqu’en 2010, Alvaro Uribe mena une intense campagne militaire contre les rebelles des FARC, les poussant à s’asseoir à la table des négociations, écrit le New York Times.
Le Monde 26/08/2016

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans International, Politique, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.