Forte hausse des dividendes : merci patrons !

Les-Crises.fr – Source : Le Nouvel Obs, Sophie Fay, 24-08-2016 –
Des traders à la bourse de Londres, le 18 février 2016. (LEON NEAL / AFP)Des traders à la bourse de Londres, le 18 février 2016. (LEON NEAL / AFP)
La hausse des dividendes versés par les grandes entreprises, saluée par la société d’investissement Hendersen Global Investors, est une aubaine pour les actionnaires. Mais elle ne reflète pas du tout l’état réel de l’économie française, qui tourne à deux vitesses.
Merci patrons ! Les actionnaires des plus grandes entreprises françaises cotées en Bourse se frottent les mains : en 2016, ils ont reçu beaucoup plus de dividendes que l’année précédente. Au deuxième trimestre de l’année, celui où sont concentrés les versements, la France arrive à la troisième place mondiale en termes de rapidité de croissance dans la rémunération des investisseurs. + 11,2% (soit au total 40 milliards de dollars alors que les taux d’intérêt ne font que baisser et que l’inflation est au plancher…) Les heureux bénéficiaires de ces versements savent se montrer reconnaissants : la société britannique de gestion de fonds d’investissement Henderson Global Investors a souligné l’exploit des managers français et la bienveillance des conseils d’administration dans une étude très détaillée publiée cette semaine. Belle preuve de gratitude !
39505228A qui doit-on cette hausse des dividendes ? D’abord aux banques : la Société générale, BNP Paribas et Crédit agricole ont augmenté leurs distribution des 50 à 70%. Elles ont distribué plus de 7 milliards d’euros à leurs actionnaires. Renault, LVMH, ou Safran (aéronautique et sécurité) figurent aussi parmi les champions. Le groupe pharmaceutique Sanofi figure même en deuxième position au classement des cinq plus gros payeurs de dividendes au deuxième trimestre. Neuf entreprises sur dix ont vu augmenter le revenu par action distribué aux actionnaires. C’est seulement quatre sur cinq dans le reste de l’Europe (hors Royaume-Uni) et la croissance est plus mesurée (+4,1%), effondrement du dividende de Volkswagen et de Deutsche Bank oblige.
Voici les 5 plus gros payeurs de dividendes au deuxième trimestre 2016 :
1 – Nestlé  2 – Sanofi  3 – HSBC  4 – Daimler  5 – Allianz
“Ça va mieux !”, peuvent donc se réjouir tous les propriétaires de portefeuilles d’actions. Le club chaque année plus large des millionnaires doit encore se frotter les mains : bonne année pour lui, la galette va encore grossir. Mais est-ce vraiment un bon signal pour l’économie française ? Pas forcément ! Pour 4 raisons.
1 Des actionnaires du CAC 40 à 45% étrangers
Si l’on regarde l’actionnariat du CAC 40, il est à 45 % étranger. 45% de ces dividendes s’envolent donc dans les coffres américains, norvégiens, moyen-orientaux ou chinois… Grave ? “Les dividendes de L’Oréal, de Danone, de LVMH partent peut-être à l’étranger, modère Romain Burnand, fondateur de la société de gestion Moneta Asset Management, mais il ne faut pas oublier que cet argent a été largement gagné aussi hors de nos frontières. Danone ne réalise que 10% de son chiffre d’affaires en France”. Dont acte.
2 De l’argent qui n’est pas directement réinvesti
Ces dividendes distribués aux actionnaires, c’est autant d’argent qui n’est pas directement réinvesti pour ouvrir de nouvelles usines, boutiques, centres de recherche ou développer l’activité en France. On l’a vu dans les statistiques de l’Insee : la reprise de l’investissement, vigoureuse au premier trimestre de 2016, s’est arrêtée nette au deuxième trimestre. Là encore, Romain Burnand, de Moneta Asset Management, introduit un modulo : “Les dividendes que Moneta perçoit restent dans le fonds et sont réinvestis dans d’autres actions, d’autres entreprises, cela participe à la fluidité des capitaux. Même Bernard Arnault réinvestit les capitaux que ses holdings perçoivent. C’est même une preuve d’humilité de verser des dividendes ou de racheter des actions si l’on pense que d’autres investisseurs peuvent mieux utiliser cet argent”.
3 Une économie à deux vitesses
Lire la suite sur : Le Nouvel Obs, Sophie Fay, 24-08-2016
Commentaires : K Le 27 août 2016 à 02h16
Pour se faire une idée de la profitabilité des entreprises, il faut regarder son résultat de manière général, et pas uniquement le résultat distribué (aux actionnaires). Et cette forte distribution est franchement une mauvaise nouvelle car elle signifie que les entreprises n’ont pas de projet d’investissement et préfèrent donc verser des dividendes.
C’est la trappe à liquidité qui est à l’œuvre. Tout va bien, on a des entreprises rentables, de la liquidité dans les échanges, des taux bas, des matières premières pas chères, du progrès technique (un peu). Finalement, la seule chose qui manque, c’est ce qu’il y a de plus important : la demande (consommation et investissement). La faute au libre échange qui met en compétition les pays, et donne la prime a celui qui sait le mieux comprimer les salaires. On a donc des économies très compétitives mais pas de débouchés. On a un super moteur mais pas de carburant à mettre dedans, la belle affaire.

A propos werdna01

Hors des paradigmes anciens et obsolètes, libérer la parole à propos de la domination et de l’avidité dans les domaines de la politique, de la religion, de l’économie, de l’éducation et de la guérison, étant donné que tout cela est devenu commercial. Notre idée est que ces domaines manquent de générosité et de collaboration.
Cet article, publié dans Economie, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.