Comment faire du fric avec l’amiante

Charlie Hebdo – 07/09/2016 – Fabrice Nicolino –
Dans quelques jours, grand salon de l’amiante à Paris. Après avoir empoisonné en masse, les mêmes ou leurs petites frères montrent comment enlever le matériau maudit. Au passage, ce rappel : le France ne sera jamais désamiantée.
Comment en est-on arrivé là ? Ce la ne manque pas d’intérêt, mais présentons d(abord le fait saillant : le 15 septembre 2016 se tient à la porte de la Villette (Paris 19ème) un salon de l’amiante (salon-amiante.fr). On y verra une centaine d’exposants expliquer aux visiteurs comme il est bon, comme il est beau, comme il est tellement rentable de déployer des « solutions amiante ». On y devisera au rythme de nombreuses conférences, dont un seul intitulé résume les autres : « Dispositif de prélèvement d’air pour la détermination de la concentration en fibres d’amiante : Métrologie et propriété constructives ».

chantier-de-desamiantage-7

Je sais que cela fait envie, mais je continue… Les boîtes présentes recherchent des « contacts qualifiés » pouvant déboucher sur des contrats aidés sur place par des « institutionnels », c’est-à-dire, croit-on comprendre, des représentants de ministères. Tout le monde sera bien entendu réuni par le seul souci philanthropique de désamianter les malheureux qui continuent à respirer les fibres cancérigènes.
Que s’est-il passé » avant ? Des fripouilles ont consciemment empoisonné le sort et les entrailles de milliers d’habitants de ce pays. Ou même des millions. Et surtout des prolos, car les prolos sont là pour piocher et crever sans un mot, parce que c’est leur devoir national. En outre, ils ne sont pas photogéniques et feraient honte aux JT de TF1 ou de France 2.
Vers 1994 on voit l’émergence du « scandale de l’amiante », quand il est apparu que des milliers de gens mouraient chaque année en France d’avoir été exposés. Le grand héros de cette fantastique histoire s’appelle Henri Pézerat, un toxicologue d’exception qui a dû guerroyer contre des armées de désinformateurs, y compris « scientifiques ». Et ne parlons pas de Claude Allègre, qui estimait dans L’Express, en 2005, que l’affaire de l’amiante était « une psychose créée par un groupe de gauchistes irresponsables« .
On sait que l’amiante trucide massivement depuis le rapport étincelant d’un inspecteur du travail français, Denis Auribault. C’était en 1906, et ce minéral maudit n’aura été interdit – chez nous – qu’en 1997. Et ne croyez surtout pas ceux qui affirment qu’il n’y avait aucun substitut sans danger, car c’est une baliverne. Les frères Blandin, en 1951, avait déposé un brevet qui permettait – et qui a permis à leur petite entreprise du BTP – d’isoler sans amiante et d’une manière également efficace. Mais l’amiante et le lobby qui en ont si bien vécu pesaient incomparablement plus lourd.

img_0012-e1436176718278

On a donc floqué la France entière à l’amiante, des gymnases aux CES, des pavillons de banlieue jusqu’aux buildings, des MJC des années 60 jusqu’aux grandes salles de spectacle, Comédie-Française incluse, où des électriciens sont morts empoisonnés. Le bilan est impossible à faire et dépasse tous les calculs., mais pour bien comprendre, retenez que le désamiantage de la FAC de Jussieu à fait dépenser 2 milliards d’euros à la cassette publique. Désamianter la France coûterait des milliers de milliards d’euros, et cela n’arrivera jamais.
Mais les travaux en cours sont bons pour le PIB, cette noble obsession des politiques de tout poil. La croissance -leur croissance – repose  sur les dizaines de milliers de morts et centaines de milliers de familles détruites. Il n’est que temps de passer à la deuxième phase, qui fera bondir de quelques fractions et pourcentages l’indice sacré. Voici pourquoi le Salon du désamiantage. On ramasse les morts, on balaie les miettes et on relance massivement ‘activité dans le BTP avec une multitude de chantiers et de gars en combi de cosmonautes Ah ! l’adresse du Salon est : Tour Montparnasse… La tour, elle aussi farcie d’amiante, est réellement infernale, et finira probablement par être évacuée.

alstom

Dès 1945, la réglementation française avait inscrit les affections respiratoires
dans la catégorie des maladies professionnelles, et recommandait aux employeurs
d’adopter  » une attitude de vigilance et de prudence dans l’usage de l’amiante « .

A propos werdna01

Hors des paradigmes anciens et obsolètes, libérer la parole à propos de la domination et de l’avidité dans les domaines de la politique, de la religion, de l’économie, de l’éducation et de la guérison, étant donné que tout cela est devenu commercial. Notre idée est que ces domaines manquent de générosité et de collaboration.
Cet article, publié dans Industrie, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.