Grande-Bretagne : la douce revanche de Jeremy Corbyn

Le Monde 26/09/2016
Il a connu les vicissitudes d’une fronde interne et en est ressorti… plus fort que jamais. Jeremy Corbyn, 67 ans, a été réélu, samedi à Liverpool, à la tête du Parti travailliste britannique, avec 61,8 % des voix, face à son adversaire Owen Smith, de vingt et un ans son cadet. The Daily Telegraph

367764_3_29f2_jeremy-corbyn-apr-s-l-annonce-de-sa-r-lection-la_d4fe0690494333b33be3af53d88a5448

Jeremy Corbyn, après l’annonce de sa réélection à la tête du Parti travailliste britannique, à Liverpool, le 24 septembre. OLI SCARFF / AFP
Avec cette victoire indiscutable, le député d’Islington (dans la banlieue de Londres), marqué très à gauche, conforte sa mainmise sur le Labour, tout en insufflant un nouvel élan au mouvement antiaustérité dont il incarne le verbe politique. BBC, The Financial Times
Il inflige aussi un cinglant camouflet à ceux qui, depuis le vote en faveur du « Brexit » (la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne), à la fin du mois de juin, réclamaient qu’il fût débarqué du parti – dont il avait pris les rênes en septembre 2015, avec 59,6 % des suffrages – pour son manque d’engagement en faveur du « in ».
Désormais, cependant, le plus dur reste à faire pour Jeremy Corbyn, qui va devoir prendre des décisions délicates afin de ressouder un parti profondément émietté et le remettre en ordre de bataille, observe Toby Helm, du Guardian.
A terme, pourrait-il devenir premier ministre et s’installer au 10 Downing Street ? Dans les rangs travaillistes, le doute règne, eu égard à son radicalisme. Nigel Nelson, du tabloïd The Mirror, juge, lui, l’hypothèse crédible, expliquant que d’ici aux prochaines élections législatives, dans quatre ans, il a le temps de marquer des points en termes de crédibilité et de devenir audible.
Pour Andrew Roberts, chroniqueur au quotidien conservateur The Daily Telegraph, les électeurs travaillistes, en adoubant une seconde fois Jeremy Corbyn, ont « choisi d’emprunter la voie de l’oubli électoral ».
Dans une tribune au site d’information américain The Daily Beast, le journaliste écossais Alex Massie abonde dans ce sens. Et estime que l’extrême gauche, par son « entrisme », est en train de « tuer » le Labour, en l’enfermant dans une posture d’opposition permanente plutôt que lui permettre de revenir dans le jeu politique traditionnel.

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans Europe, Politique, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.