Présidentielles : un Juppé déjà condamné ou un Sarkozy au banc des accusés ?

Un doigt dans l’actualité – Bimestriel N°1 -octobre/novembre 2016 Mila Martin –
L’un de ces deux roublards va très probablement se retrouver face à l’aboyeuse en chef au second tour. Il ne nous reste plus donc qu’à croiser les doigts pour que « le moins pire » de deux soit désigné par les électeurs de droite. Vous parlez d’une élection !
103836853_oRegarder ces « amis » qui se détestent se défoncer la tête par petites phrases interposées, on s’en délecterait presque. Sauf qu’à l’issue de cette course à l’investiture, le candidat de droite qui sera choisi deviendra probablement le prochain président de notre pays dépressif. Eh merde ! Juppé, Sarkozy, Sarkozy, Juppé… Voilà donc ce qui nous attend – les Le Maire, Fillon et autres Kosciusko-Morizet comptant pour du beurre, certes ministrables, mais du beurre tout de même.  Le choix des dociles lecteurs de droite se fera donc entre ces deux briscards qui traînent leurs mocassins à pompons dans les couloirs des châteaux de la république depuis bien trop longtemps.
Deux personnages autour de qui ont gravité, gravitent et graviteront des tas d’histoires un peu 104534157_olouches. Deux hommes qui auraient dû raccrocher les gants de boxe il y a bien longtemps, s’ils n’étaient pas motivés par la seule gloriole d’être élus (ou d’éviter la prison pour le plus effrayant des deux). Car, ces vieux de la vielle là, n’iront pas nous faire croire qu’ils ne connaissent pas le seul dogme qui soit concernant un président de la République, à savoir qu’une fois élu, il est totalement impuissant face aux forces de l’économie mondialisée. Quel que soit le président, il sera donc impuissant. Certes, un chef d’État pourrait compter, s’il le voulait. S’il avait justement le courage d’avouer son impuissance au peuple pour l’informer, l’éduquer et lui demander son soutien pour entreprendre un bien valeureux combat : celui de construire humblement et humainement la société que nous voulons laisser à nos enfants, loin du manichéisme droite/gauche, avec l’aide de toutes les bonnes volontés, même celles des « adversaires »… Et puis, sérieusement! Comment faire confiance à un Juppé condamné en correctionnelle dans l’affaire des emplois fictifs à la mairie de Paris ? 5 (Il quitte la vie politique après avoir été condamné en décembre 2004 à 14 mois de prison avec sursis et à un an inéligibilité). Idem pour un Sarkozy à l’encontre duquel le parquet de Paris requiert un renvoi en correctionnelle pour financement illégal de campagne électorale – un procès qui n’aura bien malheureusement pas lieu avant l’élection ? (Lui aussi « quitte » la vie politique après sa défaite à la présidentielle de 2012…)
C’est tout de même drôle que ces gars-là puissent espérer devenir président d’un pays dans lequel il faut avoir un casier judiciaire vierge pour accéder à certains postes de la fonction publique, non ? En fait, non, ce n’est pas si « marrant » que ça …

juppe-espoir-gauche

A propos werdna01

Hors des paradigmes anciens et obsolètes, libérer la parole à propos de la domination et de l’avidité dans les domaines de la politique, de la religion, de l’économie, de l’éducation et de la guérison, étant donné que tout cela est devenu commercial. Notre idée est que ces domaines manquent de générosité et de collaboration.
Cet article, publié dans Politique, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.