Journée mondiale des animaux, le 4 octobre – Démons et merveilles

Le Monde | 29.09.2016
zoologie  – La Journée mondiale des animaux, le 4 octobre, rappelle combien ils sont menacés. En voici quatre, hybrides et singuliers, qui témoignent de l’incroyable inventivité de l’évolution
Les petites bizarreries de la nature
animaux-jm20163908_8especesx1p2_oriUne peau toute plissée de la tête à la queue, quelques -vagues poils tactiles sur le museau et des incisives dignes d’un film d’horreur : le rat-taupe glabre a peu de chances de devenir un animal de compagnie. D’autant qu’il est sourd et quasiment aveugle. -Normal : il ne vit que sous terre, dans les déserts semi-arides de l’Afrique de l’Est, et en famille. Mais quelle famille ! Une colonie moyenne contient environ une centaine d’individus, et ceux-ci n’ont en -général… qu’une seule mère.

rat-taupe2

Découvert dans les années 1970, le rat-taupe glabre est en effet la seule espèce mammifère eusociale connue : comme le font les abeilles et les fourmis, elle délègue la reproduction à une  » reine « , tous les autres se répartissant l’ensemble des tâches et l’élevage des jeunes. Le petit rongeur se révèle par ailleurs très résistant au cancer, et doté d’une longévité hors norme. «  La laideur, disait le philosophe allemand Georg Christoph Lichtenberg, a ceci -de supérieur à la beauté, c’est qu’elle dure. « 
L’ornithorynque
L’accès à la totalité de l’article est protégé © Le Monde
animaux-jm20163908_8especesx1p4_oriFourrure brune, pattes palmées, queue de castor, sans oublier ce bec -de canard qui lui a donné son nom (ornitho-rhynchus signifie en grec – » à bec d’oiseau « ) : de prime abord, l’ornithorynque casse les codes de la classification des espèces.
ornithorynque2Plus déconcertant encore : il allaite ses petits comme un mammifère… mais pond des œufs comme les reptiles et les oiseaux. Où diable ranger cet hybride ? A dater de sa première -description, en  1799, les naturalistes européens se déchirèrent pendant près d’un siècle pour résoudre l’énigme. Après quoi, on admit que l’étrange créature n’empruntait ni aux reptiles, ni aux oiseaux ni aux mammifères : elle avait simplement divergé, à sa manière, à partir de l’ancêtre commun à toutes ces lignées. Le plus incroyable étant que l’espèce, à laquelle on ne connaît d’autres territoires que l’Australie et la Tasmanie, ait survécu jusqu’à notre époque.
animaux-jm20163908_8especesx1p3_ori_jpg_567Il appartient au club très fermé des oiseaux exclusivement herbivores, et possède parmi eux une caractéristique unique au monde : un système digestif assurant l’intégralité du processus de fermentation nécessaire à la dégradation de cette matière végétale. D’où son surnom d' » oiseau-vache « . A l’instar des bovins, l’hoazin -consacre une grande partie de son temps à cette -digestion (mais sans remastication). L’essentiel du broyage s’effectue dans son jabot, un organe monumental doté de puissants muscles malaxeurs, aux côtés duquel il ne reste guère de place pour l’attache des muscles des ailes.

hoazin-huppe-orig

L’hoazin huppé phyllophage avec son jabot particulier.
Conséquence : l’animal vole mal. Dans les bassins sud-américains de l’Amazone et de l’Orénoque, où il niche, il passe l’essentiel de son temps dans l’un de ses arbres favoris, le palétuvier. Un habitat forestier qui, comme celui de toutes les espèces tropicales, ne cesse de se restreindre.
sphinxliseronOn le voit rarement dans nos contrées, et c’est pitié tant il est magnifique. Son nom même sonne comme une promesse.  » Sphinx « , car c’est à cette créature mythologique que pensèrent les savants du XVIIIe  siècle en voyant sa chenille, collée à une tige par ses huit pattes arrière, partie avant du corps tendue vers le ciel, tête baissée comme en méditation.

5005300_7_8e23_le-sphinx-tete-de-mort_0794351384e50f9a15666cf46d24209d

 » Tête de mort «  car la chenille devenue papillon exhibe, sur la partie supérieure de son thorax noir et velu, un dessin jaune d’or évoquant un crâne humain …

sphinxpapillon-49

A cet -habit de -lumière (13  cm d’envergure, tout de même), l’insecte ajoute une singularité : il fait partie des rares lépidoptères à crier lorsqu’il est excité ou stressé. -Une petite lame, à l’entrée de son -pharynx, vibre sitôt qu’il aspire de l’air par sa trompe. Si le son produit rappelle le couinement d’une souris, il serait, dit-on, audible jusqu’à une quarantaine de mètres.
Par Catherine Vincent © Le Monde

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans animaux, Insolite, Nature, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.