Indre-et-Loire – La patate douce de Chinon débarque sur le marché

La Nouvelle République 04/10/2016
Revenu à la mode, le légume exotique au goût sucré est cultivé depuis le printemps dans les champs du Chinonais. Mise en vente d’ici à la mi-octobre.

patate douce chinon

Laurent Chevalier, cogérant du Clos Rabelais, dans le champ de Vaugaudry où sont cultivées les patates douces.
La patate douce tente une incursion par le Chinonais.
Une quinzaine de tonnes de ce légume sucré et atypique est en cours de séchage dans l’entrepôt du Clos Rabelais, à La Roche-Clermault. L’équivalent de la première récolte, effectuée mi-septembre, qui devrait rejoindre les étals d’ici à une quinzaine de jours.
Appréciée pour son apport en vitamines et ses fibres, la patate douce, traditionnellement cultivée dans les régions tropicales, semble s’être faite aux conditions météorologiques tourangelles. « La génétique a permis de s’adapter à un climat plus continental », explique le semencier Voltz.
chinondomainecdv
Plantées en mai dans une parcelle du domaine viticole de Vaugaudry, à Chinon, les boutures ont donné naissance à « des légumes à chair orange zéro défaut, indemnes de virus », constate Laurent Chevalier, cogérant du Clos Rabelais.
Un légume gourmand en main-d’œuvre
Irriguées par goutte-à-goutte, les terres limoneuses ont permis d’atteindre des rendements proches de 25 tonnes à l’hectare. Une fourchette haute, qui laisse poindre de belles perspectives d’avenir.
Alors que la France a importé près de 17.000 tonnes de patate douce en 2014 (*), que les consommateurs se montrent de plus en plus séduits, la production chinonaise pourrait répondre à une partie de la demande locale.

72141-patate-douce

Le kilo devrait se vendre autour de 2 € pour un légume que les maraîchers présentent comme rentable. « Il reste gourmand en main-d’œuvre, tant à la plantation qu’à l’arrachage », rectifie toutefois Laurent Chevalier, selon lequel il s’avère être trop tôt pour confirmer ou non l’efficience de cette nouvelle production.
Trente ares ont été cultivés cette saison. Un « essai » pour lequel le légumier n’exclut pas de voir grand. En attendant, il sonne comme une référence de plus à commercialiser dans ses magasins de vente directe. « Il est indispensable d’innover et de se diversifier pour gagner des part de marchés », rappelle-t-on au Clos Rabelais, dont 80 % de l’activité annuelle repose sur le melon.
Quant à l’image d’une patate douce made in Chinon, « ça peut marcher », est convaincu Laurent Chevalier. Un coup marketing qui pourrait faire des émules.
(*) Volume qui a triplé en quinze ans et provient essentiellement d’Espagne, des États-Unis et d’Israël.
Julien Coquet
Chinon, La Roche-Clermault – Agriculture

 

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans Economie, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.