Police – Le radar mobile monte en gamme

La Nouvelle République 15/10/2016
La gendarmerie vient d’être dotée d’un second véhicule équipé d’un radar mobile. Cette fois, il s’agit d’une berline haut de gamme française.

RADAR2

Installé dans une berline haut de gamme, le nouveau radar mobile sillonne depuis deux semaines les routes des Deux-Sèvres. – (Photo NR, Jean-André Boutier)
 Lorsqu’ils en ont été informés, les gendarmes y ont regardé à deux fois : ils attendaient certes d’être dotés d’un second véhicule avec radar mobile, mais que ce dispositif soit installé dans une berline haut de gamme de marque française a été la cerise sur le gâteau.

reserviste photo pied

Leur patron, le lieutenant-colonel Olivier Barth, tempère toutefois : « Peu importe le modèle, ce qu’on attend de lui c’est qu’il soit opérationnel ». Et il l’est depuis deux semaines.
Ce nouveau véhicule rejoint dans le parc matériel de la gendarmerie deux-sévrienne un premier, livré il y a un peu plus de deux ans, installé dans un multispace. « J’ai demandé qu’ils sortent tous les jours pour engager des actions de contrôles quotidiennes », explique le lieutenant-colonel Barth. Particularité de cet équipement : il œuvre en roulant et son flash est à infrarouge. Vous ne voyez donc rien s’il vous prend en infraction… et le passage du facteur vous apportant la contravention constitue une drôle de surprise.
Sa mise en service entre dans le cadre de l’incessante lutte contre l’insécurité routière, « alors que le nombre de morts sur les routes du département est supérieur de trois pour l’instant par rapport à 2015 », poursuit l’officier supérieur. Contrôles de vitesse donc avec, outre les radars fixes, ces deux radars mobiles, mais aussi cinq radars embarqués (qui opèrent en statique), et ceux dits « à la jumelle ».
Et action de sensibilisation et répression discontinue pour ce qui est de l’alcoolémie et l’usage de stupéfiants. « Chacun doit bien prendre conscience des dangers de la route aujourd’hui, liés souvent à ces deux derniers phénomènes, mais aussi à de nombreuses infractions », poursuit le lieutenant-colonel Barth.
Les deux véhicules équipés de radars mobiles auront-ils un secteur d’action privilégié ? « Non, ils circuleront partout où cela est nécessaire. Essentiellement sur les routes départementales, mais aussi sur l’autoroute », conclut le patron des gendarmes des Deux-Sèvres. Une trentaine de kilomètres que nous avons parcourus hier après-midi sur la RD 743 entre Niort et Parthenay en compagnie des gendarmes nous ont permis de constater que beaucoup d’automobilistes dépassent les 90 km/h. Mais le taux de contravention se situe entre 5 et 10 %.
nr.niort@nrco.fr
chiffres clés
 > Avec ce radar, une marge de 10 km/h est retranchée pour les véhicules roulant à moins de 100 km/h pour 90.
> Une marge de 10 % est retranchée des vitesses relevées au delà : donc pas de contravention en dessous de 146 km/h pour 130 ; 124 km/h pour 110 ; 102 km/h pour 90.
> En agglomération, 61 km/h pour 50.
Frédéric Bodin
Deux-Sèvres

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans Police, Transport, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.