Education – Calais : 80 migrants quittent la « jungle » pour étudier à l’université de Lille

Le projet, auquel contribue l’association L’Auberge des migrants, prévoit un apprentissage intensif du français avant une reprise d’études dans la matière de leur choix.

calais5016674_6_79ab_2016-10-19-42fd1a6-5944777-01-06_ac14ef6a7f2abdd78d4e5cb8414dfe08

Le Monde | 19.10.2016
A quelques jours du démantèlement annoncé de la « jungle » de Calais, le camp bidonville du Pas-deCalais, quatre-vingts migrants l’ont quittée mardi 18 octobre pour reprendre des études à l’université de Lille.
Recensés lors des maraudes sociales effectuées par l’Etat et les associations, les migrants sont déjà titulaires « au moins du bac » et majoritairement soudanais, selon François Guennoc, de L’Auberge des migrants, l’une des associations les plus actives de la « jungle ». Elle participe à ce projet dont l’initiative revient à un enseignant-chercheur.
La nouvelle a été annoncée par le ministre de l’intérieur, Bernard Cazeneuve, dans un communiqué publié mardi 18 octobre : « Dans le cadre des préparatifs du démantèlement humanitaire du campement de la Lande, quatre-vingts étudiants ont quitté aujourd’hui Calais pour rejoindre le campus universitaire scientifique de Villeneuve-d’Ascq. » Le ministre annonce aussi qu’il leur rendra visite à l’université de Lille, jeudi 20 octobre.
Les futurs étudiants vont bénéficier « d’un parcours-type universitaire, qui débutera par un apprentissage intensif de la langue française. Après la période initiale de formation, ils pourront poursuivre un cursus universitaire classique dans la matière de leur choix », selon le ministre. Les étudiants seront hébergés dans un « centre d’accueil spécifique cogéré par le Crous et Adoma, à proximité de l’université », précise-t-il aussi.
Très peu de moyens ont été engagés jusqu’à présent pour l’accueil des étudiants réfugiés et demandeurs d’asile, qui a reposé pour l’essentiel sur les actions menées par les établissements sur leur budget et sur la mobilisation d’associations et de bénévoles.
Lire :   L’université de Grenoble remet réfugiés et demandeurs d’asile sur la voie des études

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans Culture, Education, Politique, Solidarité, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.