En Chine, Xi Jinping accroît encore son emprise sur le PCC

Lundi s’est ouvert à Pékin le sixième plénum du comité central du Parti communiste. Un grand rendez-vous annuel à l’issue duquel le président Xi Jinping devrait asseoir un peu plus son hégémonie sur le PCC.
Le Monde 25/10/2016

chine388730_3_775c_le-palais-du-peuple-lors-de-la-c-r-monie-de-c-l_1c822c4df3676ab803fec6a4d32da34b

Le Palais du peuple, lors de la cérémonie de célébration du 95e anniversaire du Parti communiste, à Pékin, le 1er juillet. WANG ZHAO/AFP

chinexi-jinping

Une obédience totale, une loyauté sans faille. Avant que ne s’ouvrît lundi, et pour quatre jours, le sixième plénum du comité central du Parti communiste chinois (PCC), censé fixer les grandes orientations du pays, le président Xi Jinping avait clairement annoncé ce qu’il attendait des hiérarques du PCC. The Wall Street Journal
« Dans notre longue marche d’aujourd’hui, nous devons renforcer la gouvernance du parti et assurer le maintien d’une stricte discipline », avait-il déclaré dans un discours retransmis à la télévision et largement relayé sur Internet. Une manière de prévenir qu’aucune forme de dissidence, fût-elle mineure, ne saurait être tolérée.
A l’issue de cette grand-messe annuelle, M. Xi devrait incarner le nouveau « cœur » (hexin, en chinois) du PCC, fort de 88 millions de membres ; un geste symbolique visant à démontrer son ascendant définitif sur l’ancien dirigeant Jiang Zemin (président de la République populaire de 1993 à 2003) et ses affidés. The Epoch Times
Ce faisant, il s’apprête à se hisser au même niveau que le Grand Timonier, Mao Zedong, et Deng Xiaoping, deux de ses prédécesseurs, dont l’autorité ne pouvait être remise en question, encore moins contestée, souligne Wu Zhong dans The Asia Times.
Mais pourquoi Xi Jinping, déjà chef du parti et de l’Etat, a-t-il besoin de cette onction supplémentaire ? Pour l’expliquer, Wu Zhong s’en remet à Confucius (551-479 avant Jésus-Christ) : « Sans titre clair, il n’est pas de paroles convaincantes et sans paroles convaincantes, rien ne peut être accompli. »
Ce plénum, le dernier avant le grand renouvellement du comité central et de ses instances dirigeantes (prévu en 2017), intervient alors que se poursuivent les opérations de purge parmi les éléments corrompus du PCC ; une mission qui relève du Comité central pour l’inspection disciplinaire du parti, lequel, voit, parallèlement, grandir son rôle d’inquisiteur politique chargé de s’assurer de la fidélité à M. Xi et à son programme. Channel NewsAsia, The New York Times
Dans le quotidien The Global Times, proche du régime en place, le professeur Xie Laiwei plaide pour une discipline de parti plus sévère que la loi nationale, seule façon, selon lui, d’avancer dans la bonne direction et de permettre au pays de répondre aux défis auxquels il est confronté. Une vision partagée sans réserve dans The China Daily par Liu Jingcheng, directeur du Centre d’études anticorruption sis à Pékin.

untitled-bmpchina-si-p

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans International, Politique, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.