Pourquoi arrêter de consommer bio ?

Monjournalbio – 24/10/2016 –

wp-1477345715094

Officiellement ça va faire bientôt 1 an que je me suis lancée dans « le délire du bio »…
1 an à me documenter, à chercher les bonnes pratiques, les bonnes astuces…
1 an à me remettre en question, à m’interroger… Car oui consommer bio ne s’arrête pas à l’étiquette bio de ton supermarché. D’ailleurs je ne comprends même pas comment c’est possible d’être bio ET en supermarché.
1 an à essayer de faire mes trucs moi-même (cosmétique, lait végétaux…)
Mais voilà aujourd’hui j’en ai marre, je suis découragée, je lâche l’affaire…
Ces mots nous ont déjà tous, au moins une fois, traversé l’esprit.
A la base je ne suis pas née dans le bio. Mes parents non plus. Mais je les ai vu entrer dans ce cercle petit à petit & s’éloigner de notre rivage.
Je les regardais de loin, les critiquais à tout va car je ne comprenais pas. Eux essayaient de m’accrocher à leur barque, mais voilà je ne suis plus une enfant.
Je pensais être devenue une femme qui fait ses propres choix. Je les ai laissé partir « dans leurs délires chelous aka leur secte ».
Non ce n’est pas une secte, mais de mon point de vue c’était tout comme. En plus, ils avaient rencontré la spiritualité, c’est pour te dire à quel point pour moi ils étaient déjà loin.
Puis un jour, on ne sait pas trop pourquoi (enfin si mais pour l’histoire ça donne un genre), j’ai fini par y adhérer. Je crois même que dès lors qu’ils ont arrêté de vouloir me convaincre j’ai voulu essayé. J’ai regardé, analysé, réfléchi dans mon coin sans montrer extérieurement un signe d’intérêt. Puis un jour je me suis lancée :
 » Papa, Maman moi aussi je veux consommer bio ! « 
 » Ok. Fait donc « 

fruits_et_legumes

Moi qui m’attendait à un festival avec feu d’artifice et tout.. C’était loupé…
Je me suis jetée corps & âme dans la jungle du bio : étiquettes vertes, AMAP, logos, pesticides… Pfiou ça en fait des choses!
Pourquoi n’ai je pas fais comme tout le monde ? Aller au supermarché et prendre un produit bio / vert dans les rayons. Pourquoi m’imposer la contrainte de revoir mon mode d’alimentation ? Mes distributeurs ? Pourquoi remettre en question la société & la consommation ? Pourquoi m’intéresser à d’autres méthodes d'(agri)culture ?
Je répondrais : pourquoi faire simple si on peut compliquer ?
Je l’ai fait car j’avais soif de connaissances & que j’avais un formidable outil d’expérience (qui m’a fait prendre 10 ans en quelques jours) à ma disposition : mes parents.
Mais derrière l’écran je reste une humaine, je ne suis pas toujours parfaite. Il y a eu des jours où j’ai voulu laisser tomber & revenir « à ma vie d’avant ». Arrêter de regarder les étiquettes, chercher si une marque ou une autre est vraiment bio, prendre mon smartphone & me commander à manger, arrêter de chercher un magasin de vrac à proximité, arrêter de me lever le samedi matin pour aller à ce put** de marché qui est à 1h A/R & ça qu’il pleuve ou qu’il vente… C’est épuisant…
Mais c’est tout à fait normal ! Oui au début c’est dur, on baisse les bras, on craque & heureusement !
Pour un peu que M. Soucis Financier pointe le bout de son nez & là on se laisse emporter.
Avant de partir ma mère m’a dit une chose  » Tu aura toujours une voix intérieure qui te découragera. L’important c’est de ne pas y prêter attention, car tout au fond, dans un murmure presque silencieux, il y en a une autre qui elle t’encouragera. C’est celle là que tu dois aller chercher »
Ouais elle est sage ma mère t’as vu.
Et Dieu sait que je l’ai souvent entendu hurler cette voix. Celle qui me disait  » Stop that bull*** « ! Il m’est même déjà arrivé de l’écouter.
J’assume & j’en suis fière ! Pourquoi ?
Car grâce à elle j’ai pu me rendre compte que maintenant je comprenais vraiment mon corps. J’ai pu voir tout le chemin que j’ai parcouru. J’ai pu entendre ce petit murmure qui m’encourageait. J’ai compris que les bénéfices étaient tellement importants pour moi que finalement ça en valait la peine. Et si je n’avais pas craqué au moins une fois je n’aurais pas réalisé à quel point j’avais avancé.
Tu voudras te précipiter devant McD* & la seconde d’après tu regrettes car :
1. c’est dégueulasse
2. ton corps te fais tellement payer que tu te dis plus jamais ça !
Au final zéro plaisir, pas même la première bouchée. Tu te dis que finalement c’était pas plus mal que tu te sois « convertie ».
Le principal n’est pas dans l’échec mais ta capacité à pouvoir te relever & recommencer.
En parlant de commencement, la première difficulté quand tu te lances c’est de savoir par où commencer. On a tous eu envie de tout faire & vite. Mais j’ai envie de répondre  » chi va piano, va sano e va lontano  » (qui va doucement, va sainement et va loin). Alors ce n’est pas grave si 1 an après tu as 10% de bio dans ta vie, c’est toujours mieux que rien. Tant mieux s’il y a que tes fruits qui sont bio mais pas de saison, c’est déjà ça de pris. N’essaie jamais de t’accrocher à un wagon qui est déjà parti, crée ta propre locomotive. Perds du temps pour mieux en gagner.
Si ton entourage ne te suis pas c’est pas grave ! Ne cherche jamais à les convaincre. Tes actions le feront pour toi. Rien ne fait plus plaisir quand ton homme te vole, soit disant discrètement, ton shampooing fait maison. Quand tes amis ne te disent pas que tu es belle, mais que tu es rayonnante, alors qu’en soit tu ne fais rien d’autre que sélectionner scrupuleusement tes aliments. Quand les plus sceptiques t’envoies une photo de leurs courses bio. Ces moments là sont précieux pour moi. Car sans chercher à les convaincre je les ai fait un peu se remettre en question. Et là je me dis « Et toc dans ta face grosse voix  dans ma tête ! Ca changera peut-être pas le monde mais au moins ça a révolutionné le mien !« . Soyons « égoïste » pour être mieux « altruiste ».

1055572_3_dc45_un-magasin-de-produits-bio-a-toulouse-selon_230914a94e2bf907e21c1d06c0d89b98

Et si toi aussi tu veux laisser tomber dit toi juste que ce n’est pas le voyage qui compte mais la destination. On préférerait tous prendre l’avion mais parfois le bus & ses galères restent la meilleure solution.
J’espère que ces quelques mots auront pu t’aider à retrouver du baume au coeur & désacraliser un peu ces « bio girls » un peu trop parfaites.
Promis ces moments de doutes ne durent pas longtemps. Une fois ta routine bien installée tu remarquera que finalement ça ne demande pas plus d’effort. C’est juste lent au démarrage & ça peut demander à ce qu’on s’y prenne plusieurs fois.

A propos werdna01

Hors des paradigmes anciens et obsolètes, libérer la parole à propos de la domination et de l’avidité dans les domaines de la politique, de la religion, de l’économie, de l’éducation et de la guérison, étant donné que tout cela est devenu commercial. Notre idée est que ces domaines manquent de générosité et de collaboration.
Cet article, publié dans Agroalimentaire, Santé, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.