Liberté ? – Tous fichés : pour le meilleur ou pour le pire ?

La nouvelle république 02/11/2016
Pour fiabiliser les demandes de pièces d’identité, le gouvernement a créé un mégafichier de tous les Français. Une centralisation qui inquiète certains.

CIN + passeport (phot arch NR)

Une seule base de données pour les informations sur les détenteurs d’un passeport et d’une carte d’identité nationale. – (Photo NR)
Le mégafichier a été baptisé du doux nom de « Titres électroniques sécurisés » (TES). Une « sorte de monstre » pour le sénateur socialiste Gaëtan Gorce et membre de la Commission nationale de l’informatique et des libertés (Cnil). Une avancée administrative pour le ministère de l’Intérieur.
En fait, le TES existe déjà, mais uniquement pour les passeports. Le décret paru dimanche au Journal Officiel l’étend aux cartes d’identité. Soit à la quasi-totalité des Français, 60 millions d’individus.
«  Aucune fonctionnalité d’identification  » mais des doutes
Pour le coup, une seule base de donnée regroupera les informations individuelles de toute une population : identité, couleur des yeux, domicile, photo, empreintes digitales…
« L’administration continue de se moderniser en accélérant et en simplifiant les démarches des usagers ; il s’agit également de fiabiliser » les demandes « de pièces d’identité en les sécurisant », explique le porte-parole du ministère de l’Intérieur, Pierre-Henry Brandet.
Fiabiliser la délivrance des pièces d’identité, mais pas permettre, à partir du fichier, d’identifier des individus, insiste le ministère : Le décret qui vient d’être pris ne comporte aucune fonctionnalité d’identification d’une personne à partir de ses seules données biométriques »
Rien à voir avec la proposition de loi de la précédente majorité.
Quid des décisions d’un futur gouvernement ?
N’empêche : « La finalité d’identification à partir des données a certes été écartée mais dès lors que le fichier a été constitué, elle devient techniquement possible, fait valoir Gaëtan Gorce. On peut craindre qu’un futur gouvernement modifie les finalités. »
Pour le président d’honneur de la Ligue des droits de l’Homme Michel Tubiana, « faire un fichier de cette nature, c’est s’exposer aux pires débordements ». Et au « hackage du fichier » par des pirates informatiques.
Au ministère de l’Intérieur, on répond que le Conseil d’État a été « sollicité » pour avis et a jugé la voie réglementaire « conforme à la loi ». « La Cnil a également été consultée et a acté que la recherche d’identité à partir des empreintes ou des photos ne serait pas possible, et a considéré que les finalités » du fichier TES « étaient déterminées, explicites et légitimes », plaide-t-on place Beauvau.
Ce qui n’a pas empêché cette même Cnil de considérer que, « compte tenu de la nature des données traitées, les conséquences qu’aurait un détournement des finalités du fichier imposent des garanties substantielles et une vigilance particulière ». A bon entendeur…

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article a été publié dans Débats Idées Points de vue, Internet, Police, Politique. Ajoutez ce permalien à vos favoris.