Indre-et-Loire – Avec  » l’Entraide ouvrière » accueillez chez vous un réfugié, pour une durée allant de trois mois à un an.

La Nouvelle République 05/11/2016
L’association participe à l’opération lancée au printemps 2015 par le ministère du Logement. On recherche cinquante familles solidaires dans le département.

Les premiers migrants de Calais accueillis à Fondettes vont trouver un hébergement différent en Touraine. D'autres sont attendus « très prochainement, en petit nombre »

Aider des hommes et des femmes à pouvoir enfin poser leurs valises. – (Photo archives)
Emmanuelle Cosse, la ministre du Logement, avait parlé de « logement citoyen ». L’Entraide ouvrière (EAO) préfère, pour sa part, parler de « Familles solidaires ».
Mais quelle que soit la formule retenue, la réalité reste la même. Il s’agit d’accueillir chez soi, pour une durée allant de trois mois à un an, un – ou plusieurs – réfugiés.
« Des réfugiés, pas des demandeurs d’asile », précise Marie-Paule Legras-Froment. La présidente de l’EAO explique que cela « exclut » les hommes et les femmes qui viennent de quitter Calais, du moins dans un premier temps, dans la mesure où ces derniers sont pris en charge dans des centres d’accueil et d’orientation avant que l’on ne statue sur leur sort.
Tous majeurs et volontaires
Le terme « exclure » n’est d’ailleurs pas adéquat, car l’association tourangelle rappelle que, depuis soixante-dix ans, elle propose « un accueil inconditionnel de tous ceux qui se trouvent en situation de fragilité. » Et parmi ceux-ci figurent précisément les bénéficiaires du statut de réfugié.
Une première expérience a été menée sur Paris au printemps 2015 où 500 réfugiés avaient été hébergés dans des familles. Il s’agit aujourd’hui d’étendre le dispositif à l’ensemble de la France où mille places d’hébergement vont devoir être trouvées. Pour ce faire, les associations « spécialisées » ont été mises à contribution. Plus d’une vingtaine s’étaient portées volontaires, onze ont été retenues, dont l’Entraide ouvrière.
L’EAO est donc en quête d’une cinquantaine de foyers dans le département. Pas forcément des foyers qui abritent de grandes familles ; un couple, un homme ou une femme seul(e) peuvent parfaitement postuler.
Concrètement, il s’agit de loger, de nourrir, mais aussi sinon surtout d’échanger, d’accompagner, d’aider à s’insérer des personnes majeures qui, toutes, sont volontaires, et ne présentent pas de problèmes particuliers.
Marie-Paule Legras-Froment ne cache pas qu’il s’agit d’une vraie responsabilité. Elle insiste cependant sur le fait que les familles d’accueil seront épaulées par l’association tout au long du séjour de leur hôte.
« Non seulement nous nous appuyons sur notre réseau qui est déjà bien structuré, mais nous avons en outre recruté une éducatrice spécialisée qui a déjà travaillé avec les migrants, un conseiller d’insertion professionnelle ainsi que deux jeunes qui effectuent actuellement un service civique. »
Les personnes désirant participer à cette expérience humaine peuvent contacter l’Entraide
au 02.47.05.48.48 ;
familles.solidaires@entraide
ouvriere.org
Philippe Samzun

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans Social, Solidarité, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.