Patrimoine – Chambord : Le chantier du siècle

La Nouvelle République 08/11/2016

Le chantier du siècle entamé à Chambord

chambordvlcsnap-2016-10-12-18h52m59s131

Un projet de restauration ambitieux
Ceux qui hiberneront cet hiver connaîtront en avril un choc “ colossal ” : de magnifiques jardins à la française auront poussé sur 6,5 ha devant le château.

JARDIN CHATEAU CHAMBORD

Une visite du vaste chantier en compagnie de Pascal Thevard, directeur des bâtiments et des jardins.

JARDIN CHATEAU CHAMBORD

Ce ne sont pas les fondations d’une maison sur pilotis, mais les quinconces du futur boschetto à l’italienne.
Vu l’effervescence qui anime Chambord et ses alentours, on se croirait revenu en 1519, année de la construction du château. Si ce n’est qu’au temps de François Ier le Caterpillar était plus rare…
A son arrivée en 2010, Jean d’Haussonville, directeur général du Domaine, trouve plusieurs projets de mise en valeur du site. Il les développe avec ardeur pour faire de Chambord un lieu vivant de création culturelle : écrivains en résidence, expositions d’artistes vivants (justement), festival de musique… Tout en enrichissant l’aspect patrimonial du lieu, puisque c’est son identité internationale. Comme en retrouvant les immenses jardins à la française de jadis.
Les jardins ? C’est bien, mais lesquels !
Chambord est effectivement le château des mystères. Y a-t-on vu un jardin « Renaissance », un jardin du XVIIe siècle ?
Assurant la conduite des opérations, Pascal Thevard n’ignore rien de ces questions, même s’il se consacre évidemment à la résurrection des jardins tels qu’ils ont existé à la fin du règne de Louis XIV et du temps du maréchal de Saxe (voire plus tard des Bourbon-Parme).
CHANTIER DE FOUILLES ARCHEOLOGIQUES DES JARDINSA LA FRANCASISE DU CHATEAU DE CHAMBORD

CHANTIER DE FOUILLES ARCHEOLOGIQUES

Le but final des fouilles est d’arriver à fournir le plus de précisions possibles pour reproduire à l’identique, ou presque, les jardins de Chambord du XVIIIe siècle. – (Photo NR, Jérôme Dutac)
chambord-xviii-gravure
Dessins, gravures, comptes, correspondances, des documents datés de 1680, 1691, 1734, 1745, nous instruisent sur les formes et les essences utilisées à l’époque, certaines n’ayant plus cours aujourd’hui.
Ça, c’est pour le côté « grimoires ». Il y a quelques mois, on a vu de curieux engins de labour sillonner la prairie de l’aile nord : en fait, des quads émetteurs d’ondes permettant des mesures géophysiques du sous-sol, grâce auxquelles on a pu lire le squelette du jardin. Fort de ces enseignements, les fouilles entreprises en juillet dernier ont mis indubitablement en évidence la « composition » de ces jardins tels qu’ils existaient sous « le terrain de football ».
« Il a suffi de creuser le sol d’une vingtaine de centimètres pour découvrir la forme des anciens parterres » se réjouit Pascal Thevard.
Lorsque le château est devenu propriété de l’État en 1930, le manque de moyens avait achevé les jardins laissés à l’abandon, disparus corps et biens seulement en 1970. Concluons par un joyeux clin d’œil qui le confirme : les jardins à l’anglaise, recréés en 2014, existaient bien encore à la fin des années 60 : voici la preuve irréfutable : « Le clip d’Hervé Vilard – Capri c’est fini – a été tourné avec les jardins comme décor en 1965 ! »
Alain Vildart
Pour en savoir plus : historique de château

chambordphob187a62c-1666-11e4-959e-9bef1967d31d-805x453

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans Economie, Loisirs Tourisme, Nature, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.