EDF en passe de disjoncter

Le Canard Enchaîné – 09/11/2016 – Odile Benyahia-Kouider –
Les français vont commencer à stocker les bougies ! Entre les sombres prévisions de RTE, filiale d’EDF, qui a confirmé le 8 novembre, le risque de coupure cet hiver, les exigences de l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) et les déclarations à l’emporte-pièce de Ségolène Royal, sa ministre de tutelle, Jean-Bernard Lévy, le pédégé d’EDF, aurait, lui, toutes les raisons de péter un plomb !
Le 3 novembre, l’électricien a été obligé d’annoncer, pour la troisième fois, une diminution de ses prévisions de production nucléaire. La raison ? Le gendarme du nucléaire a refusé de donner, pour la mi-novembre, son feu vert au redémarrage de cinq réacteurs. Selon « Les Echos » (7/11), cette rupture de production devrait coûter, au bas mot, 1 milliard d’euros à EDF, si ce n’est plus…
Pas gégène
Outre le manque à gagner sur le volume d’électricité non produite, et donc non vendue, de menus frais vont se présenter, comme l’importation d’électricité. Habituellement, EDF est un gros exportateur, mais cette année, la Suisse et l’Espagne devront trouver d’autres sources d’approvisionnement. Alors que l’hiver approche à grands pas, 18 réacteurs sont à l’arrêt, soit un tiers du parc nucléaire français !
Certes, comme le précise un porte-parole du groupe, six réacteurs sont « en maintenance classique » et devraient redémarrer prochainement. Mais huit autres sont en observation, pour des soupçons de non-conformité de métallurgie lourde au cahier des charges. L’ASN veut s’assurer, batterie de tests à l’appui, qu’en cas de forte pression la sûreté des monstres d’acier ne sera pas compromise. Les quatre derniers réacteurs sont des cas jugés suffisamment sérieux pour que ni EDF ni l’ASN n’acceptent de spéculer sur une date de reprise d’activité… 
Dans ce contexte, les avertissements survoltés de Ségolène Royal enjoignant l’électricien d' »assurer la continuité de493_latribune-actu-articles_409_9e0_a5ec4c041f95825b6077af022e_electricite-tension-entre-royal-et-edf_la-ministre-de-l-ecologie-et-du-developpement-durable-segolene-royal-lors-d l’approvisionnement » ont suscité quelques tensions. Comme si EDF n’était pas conscient des risques de black-out ! Il suffirait d’une mauvaise conjoncture météo – grand froid, pas de soleil et pas de vent sur toute l’Europe – pour que le système tombe en carafe. Si EDF disposait d’immenses réserves financières, le groupe pourrait envisager d’acheter à prix d’or de l’électricité à ses voisins. Mais ce n’est pas le cas.
Compteur en folie
799508245 Une impressionnante somme de contraintes pèse sur ses comptes. L’une d’entre elles a été mise en place en 2010. Au nom de la concurrence, la loi Nome a prévu un partage de la « rente nucléaire » entre EDF et les fournisseurs alternatifs d’électricité concurrents. L’entreprise publique doit céder un quart de sa production à un prix garanti de 42 euros le mégawattheure. Ces dernières années, le mécanisme était peu, voire pas, utilisé, les prix de gros étant largement inférieurs. La baisse de la production a entraîné une sérieuse augmentation des tarifs : ceux-ci devraient atteindre80 euros, en moyenne, au premier trimestre 2017. EDF va donc devoir racheter, sur le marché, de l’électricité qu’il aura vendue deux fois moins cher à ses concurrents. Lesquels pourront spéculer en toute quiétude sur le dos… d’EDF et, donc, du contribuable français. Ubuesque ! Pour l’instant, Ségolène Royal a refusé de suspendre ce mécanisme diabolique.
Mais elle ne pourra laisser longtemps la situation perdurer. sous peine de faire disjoncter tous les compteurs !
Le coût exorbitant du nucléaire va plomber durablement le prix de l’énergie (never-surrender 2014)
En effet, le prix de l’électricité va monter sauf que cette hausse va désormais être très largement le fait du nucléaire qui sera plus cher que l’éolien terrestre -les courbes sont en passe de se croiser en Allemagne- et sans doute le solaire va suivre (le prix du nucléaire augmente quand le prix des ENr baisse). Et ce coût va devenir insupportable pour de nombreuses raisons.
https://i1.wp.com/www.tinkuy.fr/system/publication_pictures/attachments/000/015/949/show/tarif-electricite.jpeg
Tout d’abord, la dizaine de milliards dépensée par EDF pour sa politique d’acquisition internationale s’est faite au détriment des citoyens français puisqu’il n’y a quasiment pas eu d’investissements durant 15 ans ni dans les centrales ni dans les réseaux, comme le souligne la Cour des Comptes dans son dernier rapport. C’est l’usager qui va devoir payer pour cette stratégie calamiteuse qui a conduit en 2012 à une baisse importante de production, qui a coûté plusieurs centaines de millions d’euros.
En second lieu, les problèmes de sécurité dans les centrales deviennent préoccupants, ce qui a deux catégories de conséquences. D’une part, un besoin d’investissement énorme, probablement de l’ordre de 7 à 10Mds qu’il va falloir payer pour une situation qui ne donnera pas toute garantie de sécurité. D’autre part, la prise en considération croissante d’un risque d’accident, ce qui pose la question de l’assurance.
Jusqu’à présent, EDF a obtenu de retarder l’obligation qui lui était faite de monter l’assurance de la somme ridicule de 6 M à celle de 700 M. L’exploitant va enfin devoir régulariser cette situation. Mais cette somme est sans aucune relation, pas plus que celle du plafond global actuel de 1,5MDS d’euros pour un accident nucléaire évalué par l’IRSN à 400 MDS d’euros. D’où l’idée de supprimer dans les contrats de RC la clause d’exclusion d’accident nucléaire, ce qui revient à obliger les citoyens à s’assurer et donc à payer pour se couvrir. Sauf que la prime risque d’être colossale ou la couverture minimale!
Enfin, le fait que beaucoup de nos concitoyens n’aient d’autre choix que le chauffage électrique, beaucoup plus cher, les rend otages d’EDF. Et le pire est que cela continue puisque le chauffage électrique continue à être encouragé alors qu’il devrait être interdit.
Dès lors, bien loin de la propagande officielle d’une énergie nucléaire bon marché et moteur de l’économie française, elle devient un handicap pour notre développement économique et un gouffre financier pour nos concitoyens usagers et contribuables.

A propos werdna01

Hors des paradigmes anciens et obsolètes, libérer la parole à propos de la domination et de l’avidité dans les domaines de la politique, de la religion, de l’économie, de l’éducation et de la guérison, étant donné que tout cela est devenu commercial. Notre idée est que ces domaines manquent de générosité et de collaboration.
Cet article, publié dans Energie, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.