Bulgarie et Moldavie : deux nouvelles alliées russes ?

Le Monde 15/11/2016

5022835_6_bef9_le-candidat-a-l-election-presidentielle_06556e57c136fb5466520a7938234ddf

Le candidat prorusse Igor Dodon, élu cinquième président de la République de Moldavie, au cours d’une conférence de presse, le 13 novembre 2016. DANIEL MIHAILESCU / AFP
Deux candidats russophiles ont remporté les élections dimanche en Bulgarie et en Moldavie. Avec 59,35 % des suffrages, les Bulgares ont largement élu le socialiste Roumen Radev (PSB, ex-communiste), provoquant la démission du premier ministre conservateur, Boïko Borissov. EU Observer

7f9a77c864f56e1c42641cfee13ca65c

Roumen Radev s’était distingué pendant la campagne en appelant à la levée des sanctions de l’UE contre la Russie. Il a aussi souligné qu’il fallait « accepter la réalité » d’une Crimée définitivement passée dans le giron du Kremlin, s’attirant de vives critiques du camp proeuropéen. Le Temps
Il n’a toutefois pas fait campagne sur un rejet radical de l’Europe, marquant son souhait de maintenir la Bulgarie au sein de l’EU et de l’OTAN. Financial Times
En Moldavie, une ex-république soviétique, c’est également un candidat prorusse, Igor Dodon, qui a remporté la présidentielle, face à une candidate proeuropéenne Maia Sandu. Avec plus de 52 % des voix, il devient le cinquième président de la République de Moldavie, le premier élu au suffrage universel depuis vingt ans. BBC
Surnommé « le Donald Trump moldave », l’homme a promis d’annuler l’Accord de stabilisation et d’association (ASA) signé avec Bruxelles et de se rapprocher de Moscou. Le Courrier des Balkans
Dans les deux pays, la présidence est une fonction largement honorifique, avec le pouvoir concentré dans les mains du premier ministre, précise The New York Times. Ces élections fournissent des preuves supplémentaires de la montée des nationalismes dans de nombreuses régions du monde. Elles apportent également « une pluie de bonnes nouvelles » pour le président russe Vladimir Poutine, qui a cherché à affaiblir les liens entre les pays de l’UE.
« Un nationalisme croissant, poussé par le rejet des valeurs libérales occidentales et exacerbé par la plus grande crise des réfugiés depuis la seconde guerre mondiale a affaibli les liens entre de nombreux pays membres de l’UE », poursuit le journal.
Moscou gagne deux nouvelles alliées dans ses efforts pour regagner de l’influence dans certaines parties d’Europe de l’Est qu’elle considère comme son arrière-cour. Finalement, c’est l’Union européenne qui ressort fragilisée par ces scrutins, renchérit The Wall Street Journal.

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans Débats Idées Points de vue, Europe, Politique, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.