Coué était à la COP22

Le Canard Enchaîné – 23/11/2016 – Jean-Luc Porquet –
Après tout, le bon docteur Émile Coué est mort à l’âge de 69 ans., ce qui n’était pas si mal pour l’époque (1926). C’est donc que sa fameuse méthode était efficace, non ? Il avait foi en l’imagination. Il pensait qu’en la dirigeant habilement, elle pouvait avoir des effets très concrets sur notre psychisme et notre organisme. « Tous les jours et à tout point de vue, je me porte de mieux en mieux » : il suffit de répéter cette formule magique 20 fois matin et soir pour qu’effectivement ça aille mieux. 
logo-cop-22-marrakechLes représentants des 195 gouvernements à la COP22 de Marrakech n’ont pas fait autrement. Comme Laurence Tubiana, la cheville ouvrière de l’accord de paris (qui vise à limiter le réchauffement climatique à 2 °C à la fin du siècle), ils se sont persuadés qu’à force d’y croire, cet accord deviendrait réalité. Cette « prophétie autoréalisatrice » marche du tonnerre dit-elle : « Parce que tous pensent que l’accord va s’appliquer, est irréversible, que c’est l’horizon, alors tout le monde se prépare à cet horizon » (« Le Monde », 20/11). Même Trump ?  
C’est là que la méthode Coué montre toute sa puissance. Juste avant que s’ouvre la COP22, la terrible nouvelle tombe : Trump est élu. Trump, l’homme qui ne cesse de répéter que le réchauffement climatique n’est qu' »un canular » monté par les chinois, l’homme qui a promis d »‘annuler » l’accord de Paris et qui à peine élu a désigné comme futur Monsieur Environnement un climato-sceptique forcené, Myron Ebell.
ob_04f40f_rechauffement-climatique-cop-21-ysopePaniqués, les représentants des 195 gouvernements présents à Marrakech ont failli partir en courant : si le deuxième pays du monde le plus émetteur de gaz carbonique (après la Chine) claque la porte, l’accord de paris est mort ! Puis ils se sont ressaisis. John Kerry, l’envoyé d’Obama leur a servi une jolie fable à laquelle tous ont voulu croire et qui tient en une phrase : les « forces du marché » vont sauver le climat, car elles ont compris que l’avenir était à l’économie « bas carbone« , et que là se trouvent les gisements d’innovation et de compétitivité de demain. Pas moins de 360 grandes entreprises américaines, comme Nike, Unilever ou Hewlett-Packard, n’ont-elles pas appelé Trump à respecter l’accord de Paris ? Le patron du Medef, Pierre Gattaz, n’a-t-il pas signé une tribune (« Les Échos », 17/11) appelant à « réussir Marrakech » ? Faisons confiance aux multinationales pour nous emmener vers le plus vert des mondes !
Certes, il y a toujours des sceptiques. Ainsi l’économiste Maxime Combes, d’Attac France, pour qui « la main invisible des marchés n’est pas plus verte qu’elle n’est naturellement sociale et juste« . Selon lui, seules des réglementations juridiques pourront « transformer profondément les soubassements énergétiques de cette machine à réchauffer la planète qu’est l’économie mondiale« . Or, la COP22 n’ayant pris aucun engagement contraignant en la matière, elle ne va rien transformer du tout. Allons, allons…
Répétons : « Tous les jours et à tout point de vue,…

A propos werdna01

Hors des paradigmes anciens et obsolètes, libérer la parole à propos de la domination et de l’avidité dans les domaines de la politique, de la religion, de l’économie, de l’éducation et de la guérison, étant donné que tout cela est devenu commercial. Notre idée est que ces domaines manquent de générosité et de collaboration.
Cet article, publié dans Ecologie, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.