Deux-Sèvres – Environnement : La Région veut repeupler les peupleraies

La Nouvelle République 27/11/2016
En juillet 2013, l’équivalent d’un an de récoltes en peupliers était à terre. Aujourd’hui, la Région ouvre sa bourse pour aider au reboisement.

Le peuplier élément représentatif du décorum maraîchin.

Cinq cents hectares de peupliers ont été reboisés depuis 2013. Il en faudrait davantage pour répondre à la demande. – (Photo d’archives NR)
La décision est tombée en début de semaine. Le conseil régional de Nouvelle-Aquitaine a décidé de mettre en place un plan d’aide au boisement et au reboisement des peupliers en Poitou-Charentes. Raison évoquée ? « La peupleraie de l’ancien territoire de Poitou-Charentes […] fournit 46 % de la récolte totale de bois d’œuvre en Nouvelle-Aquitaine, toutes essences confondues, explique-t-il dans un communiqué. Or cette filière est aujourd’hui menacée par le manque d’approvisionnement ».
«  13 % de la récolte nationale  »
Le budget ? 38.520 €, « révisable », réparti entre 58 propriétaires-populiculteurs. Dans les Deux-Sèvres, dix dossiers ont été sélectionnés. Situés à Vernoux-en-Gâtine, Exireuil, St-Maixent-de-Beugné, Coulon, Brie, Niort, Sainte-Ouenne, Largeasse et Amailloux, ils se partageront 9.115 €.
Du côté de Futurobois, on s’en félicite. « On en pense que du bien, relève Nicolas Marot, le délégué général. Cela faisait depuis 2013 que nous étions en faveur d’un dispositif d’aide ». Pourquoi 2013 ? « Parce qu’il y a eu une tempête, le 27 juillet, qui a mis à terre l’équivalent d’un an de récoltes de peupliers, répond le délégué général. Ça a été l’électrochoc, on se posait des questions sur les possibles difficultés d’approvisionnement jusqu’en 2020 ». Car, comme le pointe le communiqué de la Région, avec qui Futurobois travaille « main dans la main » depuis 2013, « les besoins des industriels augmentent ».
Un «  effet ciseau  »

cageot

boitelot-de-6-boites-moyennes-camembert« Ils sont en forte croissance car le peuplier est utilisé un peu pour tout, pour des cagettes, des boîtes de fromage mais aussi des contreplaqués de construction ou de la pâte à papier », précise Nicolas Marot.Mais, problème, « derrière les efforts faits, on voit un effet ciseau entre la replantation d’aujourd’hui et les récoltes d’ici 20 à 25 ans ».
Dans son dépliant « Le peuplier en Poitou-Charentes », le conseil régional va même plus loin  : « Entre 2020 et 2030, la peupleraie régionale ne pourra fournir en moyenne que 100.000 m3 de bois d’œuvres sur les 200.000 m3 nécessaires à l’industrie ». La solution ? Replanter. D’accord, mais comment inciter les producteurs à le faire davantage ? « On a adhéré à la charte  » Merci le peuplier « , créée à la fin 2011, dont le principe est que chaque acheteur reverse 2,50  € par plant. Il s’agit d’une charte nationale et la région Poitou-Charentes a le plus fort taux de repeuplement de France, avec plus de 500 hectares replantés ».

Pioppeto in Pianura Padana

Une charte qui devrait être développée dans le reste de la Nouvelle-Aquitaine, au vu des résultats. Mais cela ne s’arrête pas là. La Région incite les particuliers à boiser des parcelles de peupliers, contre également, 2,50 € par plant ou à louer leurs parcelles disponibles. Pour aller plus loin encore, elle publiera prochainement un technoguide sur les usages qualitatifs du peuplier à destination de la France entière.
nr.niort@nrco.fr
Hélène Caroff

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans Ecologie, Economie, Nature, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.