Avec Framasoft, se passer de Google, c’est possible !

L’âge de faire – décembre 2016 – Fabien Ginisty –
Wallaby with baby at Whipsnade Zoo
L’association française Framasoft propose des applications qui permettent d’utiliser Internet sans passer par les géants dela Silicon Valley. Ces logiciels, faciles à utiliser sont libres et gratuits. Entretien avec Pierre-Yves Gosset, délégué général de Framasoft.
L’âge Faire : Concrètement, quels sont les services mis au point par votre association pour que même ceux qui n’y comprennent rien en informatique puissent se passer de Google et compagnie, sans pour autant se priver des services rendus ? 
Yves Gosset : Dans le cadre de notre projet « Dégooglisons Internet », nous avons créé ou amélioré, pour le rendre facilement utilisable, une trentaine de services parmi lesquels Framapad, un traitement de texte collaboratif (alternative à Google Docs), ou encore Framadrive, pour stocker et partager des fichiers lourds, comme des photos (Dropbox). Citons encore Framagenda, l’agenda en ligne (Google agenda), Framatalk pour les visioconférences (Skype, propriété de Microsoft), et Framabee, le moteur de recherche (Google). Nous développons actuellement Framatube, une alternative à You Tube, également propriété de Google. Notre idée est de montrer qu’avec de petits moyens [6 salariés et quelques dizaines de bénévoles, Ndlr], on peut offrir une alternative crédible aux Gafam*.
LÂdF : Que faites vous des informations sur les utilisateurs que vous collectez ? Avez vous, vous aussi, un partenariat avec les services secrets américains ?
Y.G. : D’une part, notre association est à but non lucratif : nous n’avons absolument aucun intérêt à recueillir des données pour les vendre. Contrairement à Google Docs par exemple, avec Framapad, nous n’exploitons pas l’endroit, le type d’ordinateur ou la marque du smartphone avec lequel vous vous connectez, nous n’épluchons pas les informations que vous stockez pour connaître vos centres d’intérêt, quel site d’Internet vous visitiez avant, lequel vous visiterez après, etc. 
D’autre part, la raison d’être de l’association, qui consiste à promouvoir la philosophie du Libre, nous conduit logiquement à proposer des services encore plus sécurisés : par exemple, les fichiers qui sont échangés via notre logiciel libre Framadrop sont illisibles pour nous, contrairement aux fichiers échangés avec des supports propriétaires comme WeTransfert par exemple.
des-outils-pour-degoogliser-internetm378782Concernant la surveillance de masse comme celle mise en place par la NSA, elle est rendue possible car les internautes donnent beaucoup d’informations à très peu d’entreprises. Ainsi, comme l’a expliqué Edward Snowden, les Gafam collaboraient avec la NSA, qui avait ainsi accès à énormément d’informations personnelles. Si Framasoft promeut et développe les logiciels libres, c’est aussi pour lutter contre cette centralisation du net.
LÂdF : Framasoft est en train de grossir, de grossir… N’êtes vous pas, vous aussi, dans cette logique de centralisation que vous dénoncez ? 
Y.G. : Certains pensent que la meilleure façon de promouvoir le Libre serait que Framasoft ait l’ambition de grandir toujours plus pour concurrencer les Gafam. Ce n’est pas notre objectif. Pour me faire comprendre, je prends l’image de l’agriculture bio : si on fait du bio sur 2 000 ha, on est peut-être efficace, mais on perd, selon nous, l’essentiel, que l’on retrouve dans une Amap par exemple, à savoir la relation à l’autre, et le fait de ne pas être un simple consommateur, de comprendre qu’il y a des personnes derrière les produits, de connaître les produits, etc. 
framasoftwallpaper_new_1920x1080C’est pareil pour le Libre : on gagne beaucoup à se développer par petites structures, par essaimage. Nous avons initié le collectif Chatons (collectif des hébergeurs alternatifs, transparents, neutres et solidaires) dans ce sens, pour expliquer et transmettre nos logiciels à tous ceux qui désirent les développer. Une trentaine de structures ont déjà montré leur intérêt. A terme, cela fera autant d’Amap du Libre, et Framasop sera une Amap parmi d’autres. Les utilisateurs des services pourront adhérer à la structure la plus proche de chez eux, rencontrer les informaticiens pour comprendre comment ça marche, ou tout simplement boire un verre… Et par petits bouts, on se réappropriera ainsi ce bien commun qu’est Internet !
*GAFAM regroupe les initiales de Google, Apple, Facebook, Amazon, Microsoft et NATU ceux de Netflix, Air BNB, Telsa et Uber. En gros les dix plus grandes sociétés américaines de l’économie numérique.

A propos werdna01

Hors des paradigmes anciens et obsolètes, libérer la parole à propos de la domination et de l’avidité dans les domaines de la politique, de la religion, de l’économie, de l’éducation et de la guérison, étant donné que tout cela est devenu commercial. Notre idée est que ces domaines manquent de générosité et de collaboration.
Cet article, publié dans Médias, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.