Bio ou pas, quel saumon choisir ?

La Nouvelle République.fr – 25/11/2016 –
sans-titre
Filières conventionnelles ou bio : qui produit le meilleur saumon ? – (Photo archives NR)
Si le saumon reste le poisson frais préféré des Français, une enquête révèle que les filières bio sont davantage contaminées que les conventionnelles.
 Est-il dangereux de manger du saumon d’élevage ? Après des années de polémique, une étude menée en partenariat par l’émission de France 3, Thalassa, et le magazine 60 Millions de consommateurs parue jeudi bouleverse les certitudes.
Selon cette enquête, le saumon frais issu de filières conventionnelles, qu’il vienne de Norvège ou d’Irlande, est moins contaminé qu’avant. En revanche, le bio l’est davantage.
Pour les saumons dits conventionnels (c’est-à-dire non-bio), « ça s’est nettement amélioré par rapport à il y a quelques années », explique Patricia Chairopoulos, journaliste de 60 Millions de consommateurs, auteure de l’enquête.
Ces poissons « s’en sortent bien, on n’a pas relevé de métaux, de PCB, de pesticides, aucun résidus de médicaments vétérinaires », note la journaliste.
En revanche, « sur les dix pavés frais qu’on a analysés, les plus mal classés en termes de pollution sont les pavés bio », indique Patricia Chairopoulos.
Sur dix saumons frais vendus en France et testés par le magazine, seuls les quatre saumons bio présentent des traces de contamination de métaux et/ou dioxines, PCB et pesticides. Néanmoins, aucun des poissons testés ne présentait de teneur de ces polluants qui « excédait les limites maximales réglementaires », et tous étaient donc sans danger pour la santé.
Selon les experts interrogés par le magazine, ce n’est pas l’environnement qui est en cause, mais l’alimentation des poissons d’élevage.
Dans les deux cas, les saumons sont alimentés majoritairement avec des rations végétales, mais aussi une part de farine de poisson, pour cet animal carnivore, plus importante en bio.

2013-02-18-130219_delucq_cuisse_pt-thumb

en savoir plus :
Selon Europanel, les Français ont consommé 66.500 tonnes de saumon en 2015, contre 50.800 tonnes de cabillaud, 49.000 tonnes de moule et 45.000 tonnes de crevette.
La Norvège produit 1,2 million de tonnes par an et en exporte 15 % vers la France, son premier client. Dans l’autre sens, la Norvège est le premier fournisseur de l’Hexagone, avec 85 % des parts de marché. L’écrasante majorité des élevages norvégiens a renoncé à utiliser des antibiotiques, confirme Greenpeace Norvège.

A propos werdna01

Hors des paradigmes anciens et obsolètes, libérer la parole à propos de la domination et de l’avidité dans les domaines de la politique, de la religion, de l’économie, de l’éducation et de la guérison, étant donné que tout cela est devenu commercial. Notre idée est que ces domaines manquent de générosité et de collaboration.
Cet article, publié dans Agroalimentaire, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.